Retour au calme à Siguiri: plusieurs interpellations et réquisition des forces de l’ordre…

Le calme est revenu dans la préfecture de Siguiri en Haute Guinée, après des journées d’agitation à caractère politique, provoquées par deux factions du RPG/Arc-en-ciel, rapporte l’AGP sur place.

Depuis mardi, 24 mai 2016, les populations vaquent à leurs affaires comme à l’ordinaire. Un mérite pour les autorités préfectorales qui réussissent ainsi à faire valoir le sens de la mesure et de la retenue dans la cité.

Depuis le 22 mars dernier, date de sa prise de service, le préfet de Siguiri, El hadj Ibrahima Kalil Kéïta et ses collaborateurs n’ont privilégié que la réconciliation des communautés, les unes avec les autres. Mais, pendant que les résultats déjà engagés dans ce sens font objets d’acclamations, malheureusement c’est la Commune Urbaine (CU) qui s’agite du fait des protestations superposées et dont les conséquences ne sont des moindres.

En plus de l’agression subie par le maire de la CU de Siguiri, Aboubacar Sidiki Traoré, blessé à coup de machette, on relève des actes de vandalisme qui ont touché son bureau, son domicile et son véhicule privé. Il en va de même pour un autre véhicule privé, la Villa des hôtes et des motos incendiées.

Tous cela sur les traces des extrémistes du RPG qui manifestent ainsi leur colère suite à l’échec de l’installation de la Délégation Spéciale (DS) de Siguiri, échec dont la responsabilité est appropriée à une représentation dénommée Collectif, qui soutient l’actuel Conseil Communal pour son mérite d’être élu démocratiquement et dont la gestion est irréprochable, estiment ces extrémistes.

Se plaçant au dessus de la mêlée, les autorités de la préfecture de Siguiri gèrent ces troubles avec rigueur et fermeté, à en juger par la suspension des activités de la Mairie, l’interpellation des présumés auteurs d’actes de vandalisme et de coups et blessures volontaires, la mise sur pied d’une commission de 11 membres pour la conception d’un plan de sortie de crise et la réquisition des forces de l’ordre, dont la présence sur le terrain a permis de calmer les ardeurs.

A l’hôpital préfectoral, le maire Aboubacar Sidiki Traoré semble se remettre progressivement de ses blessures et de son traumatisme.

AGP

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire