« Sâatè » une création théâtrale de Hassane Hilal Sylla

Une conférence de presse a été animée ce vendredi au Centre Culturel Franco-Guinéen par Hassane Hilal Sylla, metteur en scène et  Yamoussa Sidibé, auteur. Elle portait sur une création théâtrale « Sâatè » qui est une adaptation du roman de Yamoussa Sidibé intitulé « Sâatè ou la parole en pleurs ». La présentation de cette création est prévue pour les 12 et 13 avril prochains par la compagnie Bouche d’Air avec les comédiens professionnels de l’ISAG et de Conakry.

Dans ce roman, l’auteur rend hommage à la femme et au rôle qu’elle joue dans la société africaine, en particulier celle guinéenne compte tenu des sacrifices qu’elle faits pour le bien-être et la réussite de ses enfants. Yamoussa Sidibé, l’auteur de ce roman de fiction « Sâatè ou la parole en pleurs » qui signifie « le Pacte », raconte l’histoire de cette mère qui tisse un pacte avec un génie pour la réussite de son fils. Cette mère prête à tout pour faire du fruit de ses entrailles « l’étoile du berger de sa génération » quitte à s’exposer à tous les malheurs.

Séduit par l’écriture de ce roman, Hassane Hilal Sylla, comédien et metteur en scène, diplômé de l’Institut Supérieur des Arts de Guinée, estime que bien que cette histoire puisse sembler banale, elle met en relief le rôle important de la mère dans l’éducation de ses enfants, plus encore, le non-respect de la parole donnée. « Cette histoire c’est là où on retrouve la parole d’honneur n’ayant plus de sens, n’ayant plus de valeur, n’ayant pas été respectée. L’être humain passe tout son temps à mentir à son prochain, à ne pas respecter le contrat. C’est aussi les contrats que nous élaborons avec nos patrons de presse, nos responsables, nos mamans, nos amis, nous ne respectons pas ces contrats, et justement c’est cette parole donnée qui n’est pas restée, c’est ce contrat établi avec « Nigui-ningué » que moi j’ai envie de raconter et que les hommes prennent en appui pour se dire qu’il faut que les choses changent. Il faut que les gens essaient pourtant d’être sincères les uns envers les autres», dit Sylla.

Malgré la multitude de personnages dans le roman, le metteur en scène précise que la mise en scène ne comprendra que quatre personnages plus l’intervention d’un cinquième, le narrateur qui est en fait l’auteur du roman.

Maciré Soriba Camara

628 11 20 98

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire