Sangama (Koubia): un incendie fait un mort et des dégâts matériels

Ce drame s’est produit dans la nuit du samedi 23 à dimanche 24 avril 2016 dans le district de Sangama, une localité située environ 25 km de la sous-préfecture de Fafaya et à 47 km du centre ville de la préfecture de Koubia. Selon nos informations, c’est aux environs de 4 heures du matin que le père de famille du nom de Dian Boye Condé s’est levé pour mettre le feu sur un baobab qui jonchait à la devanture de ces cases. Retournant se coucher quelques heures après, soit vers 6 heures du matin, un  vent violent aurait soufflé les flammes du baobab qui a malheureusement contracté la première case.

Interrogé sur les circonstances, un témoin du nom de Mamadou Bachirou Barry, enseignent à l’école primaire de Sangama nous a déclaré: ‘’ J’ai été réveillé aujourd’hui dimanche 24 avril 2016, vers 6 heures du matin pour m’informer que des cases ont pris feu dans ce village de Sangama. A mon arriver, j’ai constaté que trois cases ont été déjà réduites en cendres et les deux autres étaient en train de bruler. Malgré le concours des villageois pour contenir le feu, rien n’a pu être sauvé dans les cinq cases. Sangama qui se situe sur une montagne, le seul forage que nous avons est  à 1 km du village. Chose qui a malheureusement limité les secouristes. Quelques temps après la maitrise du feu, nous avons tristement constaté que le père de famille, Dian Boye Condé, un septuagénaire, marie à trois femmes et père de sept enfants a été consumé par le feu ‘’, nous explique-t-il.

A la question de savoir d’où venait le feu qui a causé ces dégâts, notre interlocuteur soutien : ‘’ D’après des informations reçues auprès de la famille endeuillée, C’est Dian Boye condé (la victime) en personne qui a mis le feu au baobab qui a été déraciné par le vent depuis l’année dernière. C’est ce qui a causé ce malheur ‘’

En attendant des aides de la part des autorités et d’autres personnes de bonne volonté, les sinistrés passeront la nuit à la belle étoile. Et au moment où nous mettions en ligne cette dépêche, aucune autorité n’avait encore effectué le déplacement sur les lieux du drame pour constater les dégâts.

Nous y reviendrons !

Amadou Tidiane Diallo, depuis Labé

+224 620 44 25 83

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire