Sécurisation des biens immobiliers de l’Etat: la Direction Générale du patrimoine bâti public adopte une nouvelle stratégie

Dans un contexte difficile de recensement des bâtis publics, la direction générale du patrimoine bâti fait face en ce moment aux nombreux « faux » titres fonciers appartenant aux nombreuses personnalités, ou à de simples citoyens dans le but, dit-on, « de transformer les bâtis de l’Etat en leurs noms.» Vu cette situation, la direction générale du patrimoine bâti public a pris l’affaire très au sérieux  et adopte enfin  une nouvelle stratégie de recensement permanent et sécurisation des biens immobiliers de l’Etat guinéen, en impliquant les élus locaux à la base et les secrétaires généraux des communes, en vue d’identifier tous les domaines de l’Etat guinéen.

Ce mercredi 18 mai, elle (la Direction du patrimoine bâti public) a reçu les secrétaires généraux des cinq communes de la ville de Conakry, dans le but d’échanger autour de la nouvelle stratégie qu’elle entend mettre en œuvre, celle de recenser tous les biens bâtis de l’Etat de façon participative, les agents de ladite direction et les élus locaux.

Au cours de cette réunion de travail, le Directeur général, Jonas Mukamba Kadiata Diallo a commencé par souhaiter tout d’abord, la bienvenue à la délégation. Ajoutant que: ‘’ compte-tenu des difficultés que la direction a par rapport à la sécurisation des biens immobiliers bâtis et non bâtis de l’Etat, il serait donc important aujourd’hui d’approcher les élus locaux et les insérer dans ce processus de recensement, leur apport permettra d’identifier tous les bâtiments publics. ‘’

Prenant la parole pour la circonstance, Mme Touré Adja Fanta, secrétaire générale de la commune de Ratoma, a exprimé son sentiment de satisfaction de voir les administrations décentralisées et déconcentrées  à la base fortement impliquées dans cette stratégie de collecte des informations des bâtiments appartenant à l’Etat guinéen : ‘’ c’est la première fois que les administrateurs locaux sont impliqués dans une telle opération de recensement. Aucune autorité communale à Conakry n’est logée dans un bâtiment administratif, malgré l’existence de ces bâtiments dédiés aux fonctionnaires d’Etat, ‘’ a-t-elle martelé.

Pour le secrétaire général de la commune de Matoto, Sékou Conté, ‘’ le réel problème se trouve dans l’acrobatie entre patrimoine bâti Public et le Ministère de la ville. Auparavant, les autorités à la base n’étaient pas impliquées dans la gestion des biens de l’Etat. Et je formule le souhait que cette mission de recensement continue. Et après toutes ces opérations, il faut qu’on se retrouve ensemble pour discuter de la pérennisation de ces biens de l’Etat. Il s’agit de faire un recensement exceptionnel et surtout de responsabiliser les gens et créer un fichier dans lequel on pourrait avoir les détails de tous les biens appartenant à l’Etat. ‘’

Par Youssouf Hawa Keita

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire