Sécurité frontalière : Guinéens et Ivoiriens s’accordent à sécuriser les 610 km qui les séparent

Dans le cadre de la sécurisation de leur frontière commune et la lutte contre le terrorisme, la Côte d’Ivoire et la Guinée ont décidé d’unir leurs forces. C’est ce qui explique la réunion d’Abidjan entre les ministères ivoiriens et guinéens chargés de la Défense. Alain Richard Donwahi et son homologue de la Guinée,  Mohamed Diané, ont décidé de mutualiser leurs expériences pour la sécurisation de leur frontière commune longue de 610 km.

Les échanges ont porté sur le projet de coopération militaire, le renseignement extérieur, l’action de l’Etat en mer, la sécurisation de la frontière et l’expérience de la Côte d’Ivoire en matière de réforme du secteur de la sécurité. Mohamed Diané a salué la tenue de la réunion qui sans doute va permettre aux autorités guinéennes et ivoiriennes d’appréhender « minutieusement » les problèmes sécuritaires et de défense puis de les poser de manière complémentaire. «  Je reste convaincu que les idées qui seront produites à cette rencontre entre nos départements participeront efficacement au choix de nos stratégies contre le terrorisme, pour la paix et la bonne gestion de notre frontière », a-t-il espéré. Rappelons que la décision de cette séance de travail a été prise en Egypte en marge d’une rencontre des ministres de la Défense des pays membres de la Communauté sahélo-saharienne (CEN-Sad).

A l’ouverture des travaux, le patron de la défense du territoire ivoirien a expliqué l’importance pour ces deux pays de se mettre ensemble pour parer à toute éventualité d’attaque extérieure. «  Nous partageons la même préoccupation et la même réalité par rapport à nos frontières communes. Nous avons besoin de sécuriser nos frontières ensemble pour lutter efficacement contre les fléaux qui minent notre sous-région », a-t-il suggéré. Puis, M. Donwahi a informé sur les attentes des deux chefs d’Etat que sont Alassane Ouattara et Alpha Condé sur la rencontre d’Abidjan. Avant lui, Mohamed Diané a salué la tenue de la réunion qui sans doute va permettre aux autorités guinéennes et ivoiriennes d’appréhender « minutieusement » les problèmes sécuritaires et de défense puis de les poser de manière complémentaire. «  Je reste convaincu que les idées qui seront produites à cette rencontre entre nos départements participeront efficacement au choix de nos stratégies contre le terrorisme, pour la paix et la bonne gestion de notre frontière », a-t-il espéré. Rappelons que la décision de cette séance de travail a été prise en Egypte en marge d’une rencontre des ministres de la Défense des pays membres de la Communauté sahélo-saharienne (CEN-Sad).

Par Ivoirematin-News 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire