Connect with us

Politique

Sékou Koundouno : ‘’les propos tenus par le ministre Bantama au siège du RPG ont été transmis à la Cpi’’

Sékou Koundouno, responsable des stratégies et planification du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a confié dimanche à notre rédaction que les propos tenus hier par le ministre des Sports Sanoussy Bantama Sow au siège du Rpg Arc-en-ciel à l’encontre des membres du FNDC ont été transmis à la Cour pénale internationale (CPI).

« Les propos tenus hier (samedi) par le ministre Bantama Sow au siège du Rpg appelant à la persécution et la haine à l’encontre des sympathisants du FNDC et les leaders ont été envoyés à la Cour pénale internationale. La vidéo a été mise sur un fichier et transmise à la CPI dans sa section persécution et Crime de masse, afin que ça serve de pièce à conviction pour tout ce qui arrivera à quelconque militant du FNDC », informe M. Koundouno.

Devant un public acquis à la cause du pouvoir, le ministre Bantama a demandé samedi au ministre de la Sécurité [Alpha Ibrahima Keira] de refuser que les gens déstabilisent ce pays.

« Quand je prends un Koundouno, je ne veux même pas parler de lui parce que quand je parle de lui, il devient grand. Ce sont des gens qui veulent avoir l’asile politique en disant qu’ils sont menacés en appelant de gauche à droite des ambassadeurs pour dire qu’ils sont menacés. Ils sont menacés où ? Ils représentent quoi ? Mais le vrai problème, c’est les Guinéens parce que c’est nous donnons la latitude ou la liberté à des gens qui ne viennent de nulle part, pour dire qu’ils veulent (…) », avait déclaré le ministre, d’une voix de tonnerre.

Mohamed Cissé

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
2 Commentaires

2 Comments

  1. Sylla

    10 juin 2019 at 3 h 21 min

    Il faut jeter ce farceur en prison.
    La Cpi n’a qu’a venir le liberer.

  2. CONDÉ ABOU

    10 juin 2019 at 3 h 56 min

    Vous brassez du vent pour rien du tout, et nous n’avons que faire de vos histoires inutiles, Chers Messieurs.

    S.E. Monsieur le Ministre Bantama Sow a parfaitement raison de dénoncer votre ignorance lamentable et votre méconnaissance inqualifiable du droit international. Votre acharnement contre les plus hautes personnalités du Gouvernement Guinéen, n’a aucune base juridique ou légale.

    Vous n’êtes ni un Gouvernement bis dans ce pays, ni une Justice bis pour vous substituer à la Justice du Gouvernement Guinéen.

    De quel droit pouvez-vous salir impunément le crédit international des membres du Gouvernement et ceux de personnes innocentes comme Me Boucounta Diallo ou Me. Albert Bourgi dans les chiffons que vous adressez à la CPI, dont vous ne connaissez même pas le rôle et les attributions élémentaires.

    Pour votre gouverne, sachez que la Cour Pénale Internationale est une juridiction pénale universelle permanente chargée de juger les personnes accusées de génocide, de crime contre l’humanité, de crime d’agression et de crime de guerre. C’est ce que le droit international dit et qui est connu de la planète entière.

    Selon Wikipédia, lors de la Conférence de Kampala (Juin 2010), les crimes d’agression ont été définis et ajoutés aux crimes relevant de la compétence de la Cour, mais ces derniers ne prenant pas effets avant 2017.

    La Cour est conçue pour compléter les systèmes judiciaires nationaux : elle ne peut exercer sa compétence que lorsque les juridictions nationales n’ont pas la volonté ou la compétence pour juger de tels crimes. L’initiative en matière d’enquête et de jugement de ces crimes est donc laissée aux États.

    Sommes-nous devant des crimes de génocide en Guinée, des crimes contre l’humanité, des crimes d’agression ou des crimes de guerre en Guinée ? Clairement, non, Chers Messieurs.

    Vous faites gratuitement de la diversion et de l’anarchie, et la CPI se moque de vos chiffons.

    Et c’est pourquoi, votre activité est tout simplement du hors-la-loi et devrait être traitée comme tel par les juridictions de la République de Guinée.

    Soutien clair et net à S. E. Monsieur le Ministre Bantama Sow. Vous n’êtes ni Etat dans l’Etat, ni une organisation qualifiée pour parler de génocide, de crime contre l’humanité, ou de crimes de guerre en Guinée.

    Vous êtes des usurpateurs de titres et vous ne représentez absolument rien du tout devant la Loi internationale. Que des hors-la-loi et qui ne méritent que d’être traités comme tels. Ouf, la honte.

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook