Situation économique: ‘’ nous estimons que la Guinée est prête à rebondir cette année ‘’, (Carlos Lopez, secrétaire exécutif de la CEA)

Une mission de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) conduite par son secrétaire exécutif, Carlos Lopez a échangé ce lundi 6 juin 2016, avec quelques membres du gouvernement autour de son document intitulé ‘’ profil pays ’’. Au terme de cette rencontre qui s’est tenue à huit-clos dans les locaux de la primature, le Chef du Gouvernement, Mamady Youla et le Chef de ladite mission, Carlos Lopez se sont prêtés à quelques questions de la presse nationale et internationale.

D’entrée de jeu, l’honneur est revenu au premier ministre de planter le décor en ces termes : ‘’ Nous sommes réunis ce matin à l’issue de la rencontre que nous avons eu au niveau du gouvernement avec la délégation conduite par le secrétaire exécutif de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) qui était en visite en Guinée pour discuter d’un certain d’action, de travaux et de réflexion en cours avec le gouvernement. Mais aussi pour présenter un document qui a été préparé par son organisation (CEA) et qui est le profil de la Guinée ‘’, dira entre autres le PM, Mamady Youla.

De son côté, le patron de la CEA, Carlos Lopez a, après avoir remercié et félicité les membres du gouvernement pour la réussite de sa mission a évoqué conseils que son institution a apporte au gouvernement pour que le pays (Guinée) puisse se tirer d’affaires. ‘’ Le profil pays autour duquel nous venons de discuter est une analyse assez détaillée de la situation de la Guinée vu par notre structure (CEA). Ça été produit avec la collaboration de l’institut national des statistiques. Donc, nous avons fais l’état des lieux en terme de production statistique. Il y a un certain nombre d’innovation dans ce profil pays. Parce qu’on donne un peu l’explication de quels sont les grands défis dans différents domaines, que ce soit le domaine macro-économique, mais aussi social. Et nous avons évoqué un sujet d’intérêt plus immédiat pour la Guinée, c’est-à-dire l’énergie. Notre analyse montre qu’il y a eu des effets dévastateurs par la maladie à virus Ebola qui ont été sentis au niveau macro-économique, mais aussi au niveau social. Mais nous estimons que la Guinée est prête à rebondir cette année. Par rapport aux prévisions, nous estimons qu’il y aura une croissance soutenue. Mais le plus important, c’est de saisir le moment pour pouvoir mettre le paquet sur un certain nombre de transformations structurelles dont nous avons discuté avec le aujourd’hui avec le gouvernement. Sur ces transformations structurelles notamment dans le secteur agricole, mais aussi dans les infrastructures et aussi dans la mobilisation des ressources domestiques nationales qui sont liées au fait que la Guinée doit compter beaucoup plus sur ses propres forces, même si elle continue à tirer de l’investissement étranger ‘’, a-t-il souligné.

IMG_20160606_124715

Répondant à la question relative sur ce que son institution (CEA) compte faire dans le domaine énergétique en Guinée, Carlos Lopez a mentionné que le pays (la Guinée) dispose un potentiel énergétique hydro considérable. ‘’ Mais au-delà de l’hydraulique, nous avons d’autres domaines qui est des énergies renouvelables dans lesquels la Guinée regorge des potentialités. Nous savons que le déficit actuel été partialement comblé avec le barrage Kaleta. Mais si la Guinée veut aller dans le chemin de la valeur ajoutée pour se produire de l’industrie extractive, elle a besoin de beaucoup plus d’électricité ‘’, dira-t-il, avant d’ajouter qu’ils ont passé en revue un certain nombre d’axes dans lesquels son institution (la CEA) travaille avec le Gouvernement.

‘’ Nous avons notamment la planification, statistique, une charte pour les petites et moyennes entreprises, la question de la fiscalité, la question urbaine, le domaine foncier et maintenant nous avons ajouté après les discutions de ces derniers jours la possibilité de s’intéresser les politiques de l’enseignement supérieur et aussi dans la modernisation des systèmes fiscaux ‘’, précise-t-il.

Pour le ministre, cette mission onusienne pour l’Afrique n’est pas spécifiquement en Guinée pour parler de la situation actuelle. ‘’ C’est un travail qui s’inscrit dans le cadre des relations que la CEA entretient avec l’ensemble des pays africains. Et dans ce cadre là, la Guinée étant membre de l’Union Africaine, la CEA est un organisme qui conseil l’ensemble des pays du continent sur les questions économiques. C’est dans ce cadre là que la cette mission est présente en Guinée…‘’

Youssouf Hawa Keita

+224 666 48 71 30

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire