SMB-WAP, Winning et UMS appuient le projet « Conakry ville propre »: Fadi Wazni donne 160 millions FG au gouvernorat

Le groupement d’entreprises SMB-WAP/Winning/UMS a remis un chèque de 160 millions FG au gouvernorat de la Ville de Conakry comme contribution au projet « Conakry ville propre ». La cérémonie a eu lieu lundi 6 juin 2016 à midi dans le bureau du gouverneur le général Mathurin Bangoura, initiateur du projet. Elle a été faite par le président du conseil d’administration du consortium SMB-WAP, Fadi Wazni, entouré de ses collaborateurs.

Prêchant d’exemple, Fadi Wazni a appelé les autres chefs d’entreprise nationaux ou étrangers établis en Guinée à soutenir le projet d’assainissement de la capitale par leur générosité et leur responsabilité sociale. En cette saison pluvieuse propice à la propagation de maladies dues à l’insalubrité ambiante, cet appel est des plus opportuns. La salubrité publique n’a pas de prix mais elle a un coût. Le budget du gouvernorat, destiné à de nombreuses rubriques, ne peut à lui seul faire face à ce défi à la fois grand et permanent.

La capitale guinéenne, Conakry, est une mégalopole de plus de 2 millions d’âmes.  Elle produit quotidiennement plus d’un million de tonnes de déchets, pour la plupart domestiques, que les ménages, soit par incivisme, soit par nécessité, déversaient dans les endroits publics (rues, carrefours, bord de mer, etc.) avant l’arrivée du général Mathurin Bangoura. Comme partout où il est passé dans l’administration, ce grand commis de l’État a montré un esprit innovant et bâtisseur en tant que gouverneur. Parmi les nombreuses priorités à aborder dans ses nouvelles fonctions, il a identifié l’assainissement public. C’est en effet une attente lancinante de la population.

Visant le bien-être collectif, le projet « Conakry ville propre »ne peut aboutir sans l’engagement de tous les habitants à adopter un comportement civique en matière de salubrité publique, mais aussi sans les concours financiers librement consentis par les personnes nanties. Ces concours doivent être nombreux et substantiels. La sensibilisation par voie médiatique est aussi un facteur de succès pour le projet. Sous l’impulsion du général Mathurin Bangoura, elle est actuellement bien menée sur les radios et les télévisions locales. L’impact est déjà visible. Les rues et les espaces publics sont régulièrement balayés par les services du gouvernorat. Leur propreté dissuade les habitants à y jeter les ordures ménagères. Celles-ci n’y sont plus déposées à la sauvette. L’on se donne la peine de les jeter dans les bacs de la Société publique de transfert de déchets (SPTD) installés ici et là à travers la capitale. Les bacs remplis sont ensuite vidés dans les dépotoirs par les camions-poubelles du gouvernorat.

Eu égard à la détermination des nouvelles autorités du gouvernorat de la Ville de Conakry, gageons que le projet « Conakry ville propre » ne sera pas un feu de paille, comme bien d’autres par le passé. Gageons surtout que le chèque remis par Fadi Wazni au gouvernorat sera un appel d’air dans le monde des affaires. Car abondance de biens ne nuit pas. En l’occurrence, ce serait un grand bien pour tous les Conakryka, qui verraient leur cadre de vie assaini quotidiennement.

SMB-WAP/WINING/UMS, UN GROUPEMENT D’ENTREPRISES BATTANT

Le groupement d’entreprises SMB-WAP/Wining/UMS est emmené par deux managers de haute volée.

Le premier, le Guinéen Fadi Wazni, est le CEO (Chief Executive Officer) de la holding familiale WAZNI, qui opère en Guinée, au Libéria, au Niger, au Liban, au Mali et en Sierra Leone. Il est le directeur général fondateur de United Mining Supply (UMS), qui emploie près de 1000 salariés. Il est président du conseil d’administration de SDV Logistique Guinée (Bolloré) et de la Société minière de Boké-Winning Africa Port (SMB-WAP), qui extrait de la bauxite à Katougouma (Boké) et la transporte en Asie, avec une forte possibilité d’extension de sa part de marché dans cette zone économique importante au plan mondial. Il est administrateur de SENET Guinée, une entreprise opérant dans la construction minière. Il est actionnaire fondateur de Alliance Mining Commodities (bauxite), administrateur de WTC-ARED-Liberian Fisheries (Libéria), membre et trésorier du bureau exécutif de la Chambre des mines de Guinée. Excusez du peu !

Le second, le Singapourien Sun Xiushun, PDG de Singapore Winning International Group, dirige une holding qui possède une importante flotte de gros cargos et opère dans le transport de minerai, la logistique portuaire et la marine avec une expertise mondialement reconnue et personnel hautement qualifié. Le groupe singapourien est présent en Guinée depuis quelques années. C’est sa compagnie Winning Africa Port (WAP) qui a construit le port fluvial de Katougouma, d’où la bauxite extraite par la Société minière de Boké (SMB) est transportée vers les raffineries chinoises. Le port s’étend sur 40 hectares et répond aux normes pour devenir international.

La compagnie singapourienne forme un consortium avec la Société minière de Boké sous le sigle SMB-WAP. Elle prévoit un financement total de 500 millions de dollars pour l’extension du port. L’objectif est de renforcer les capacités du consortium à concurrencer l’Indonésie et à faire face à la demande asiatique croissante en bauxite.

La SMB-WAP est conforme aux exigences du nouveau code minier guinéen ainsi qu’aux normes de l’ITIE et de la coalition mondiale PCQVP (Publiez Ce Que Vous Payez). Elle est également en règle avec le code du travail et les autres textes réglementaires guinéens. Par souci de transparence, elle a choisi un organisme international, PWC, pour certifier les paiements en devises faits au Trésor public des taxes pour chaque navire.

Avec plus de 2 000 salariés et une direction à majorité guinéenne, le consortium est à cheval sur le social communautaire. Outre les compensations financières pour le périmètre occupé et les indemnités superficiaires annuelles versées aux collectivités voisines, bien que jeune et ne réalisant aucun bénéfice pour le moment (étant loin d’amortir ses investissements), le consortium dispense à la localité de Katougouma les services sociaux de base (centre de santé, centre de formation, écoles, mosquée, pistes carrossables, forages d’eau…).

Pour prévenir et gérer les inévitables conflits naissant de la proximité d’une société minière avec les populations riveraines, plusieurs comités locaux ont été mis en place et sont en lien direct avec la direction générale à travers un cadre permanent de concertation. Tous les problèmes y sont discutés et les solutions consensuelles sont implémentées par la direction générale. La justice, l’entente et l’harmonie sont les buts visés par les deux parties.

El Béchir

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire