Connect with us

Societé

TPI de Labé : 10 manifestants condamnés à 6 mois avec sursis et une amende de 500 mille fg chacun

Published

on

Ce vendredi 18 octobre 2019, s’est tenu le procès des 10 jeunes manifestants arrêtés lors des trois jours de manifestation à l’appel de l’antenne régionale du FNDC de Labé.

Poursuivis pour « participation délictueuse à un attroupement, destruction de biens publics et occupation illégale de la voie publique, ces accusés sont désormais situés sur leur sort.

Dans son verdict qui est tombé aux environs de 18 h 40 mn, après des heures de débats, le juge Ibrahima Sory Camara a condamné les prévenus à 6 mois de prison avec sursis et 500 mille d’amende chacun.

Une condamnation qui n’a pas laissé indifférent le député uninominale de Labé. Selon lui, « à Labé, il n’y a pas eu de dégâts. Tout ce qu’on est en train de dire comme charge à savoir destruction d’édifice publique et autres, je crois que c’est ridicule dans la mesure où rien n’a été détruit à Labé. Quand nous avons appris que le procès se tenait, il y’a eu déjà deux prévenus entendus qui n’ont pas bénéficié de l’assistance d’un avocat. Rapidement, nous avons pris l’attache d’un avocat du FNDC et il est venu assister les 8 autres. Il a fait des plaidoiries conforment à la loi. C’est qu’il faut dire que ces condamnations qui viennent de tomber ce soir 6 mois de prison assortis de sursis et 500 mille d’amande, c’est une déception pour nous. Pour nous, le droit n’a pas été dit. Néanmoins, nous allons les récupérer et continuer la lutte. Ça ne peut pas nous intimider », rassure l’honorable Cellou Baldé.

De son côté, l’avocat de la défense Me Alpha Mariam Diallo se dit plus au moins satisfait car, il aurait souhaité la libération de ces clients. « Les jeunes qui ont été poursuivis dans cette affaire ont été condamnés a un peine de 6 mois assortie de sursis et une amande 500 mille de fg chacun.Ils ne vont pas en prison à partir de là. La seule partie civile qui s’est présentée a été déboutée. Je suis plus au moins satisfait puisque c’est une condamnation de principe. Les jeunes ont été retenus dans les liens de prévention pour des faits de manifestation illégale. Par contre, en ce qui concerne les délits de destruction d’édifice et d’incendie, ils ont été déclarés non coupables. J’aurais été totalement satisfait si on les avait relaxés purement et simplement sur le fondement disposition de l’article 544 du code de procédure pénale, puis qu’aucun élément de preuve n’a été rapporté par le ministère public. »

A noter que ces condamnés sont entre autres : Amadou Barry, Idrissa Baldé, Amadou Korka Diallo, Mamadou Cissé, Mamadou Sarifou Baldé, Mamadou Hady Diallo, Adbourahmane Sow, Mamadou Samba Barry, Amadou Diouldé Barry, et Mamadou Bachir Diallo.

Aux dernières nouvelles, on apprend que 10 autres mineures sont pour le moment en détention et que la date de leur procès n’a pas été encore fixée.

Nous y reviendrons !

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités