Connect with us

Societé

Tribune. Affaire Sékhouna Soumah : le double jeu de l’État crée un fossé considérable entre les enfants de la région

Published

on

L’État guinéen n’est-il pas en train de s’administrer un coup de poignard qui lui sera très fatal dans la crise du Kountigui? Pendant que le combat devient de plus en plus rude entre le chef coutumier de la basse côte et certains fils de la même localité, une bonne partie des hauts perchés de l’État se livre à un jeu très nocif pour la concorde entre les basse-côtiers. Des pyromanes la nuit et des pompiers le jour. Ils activent le feu en radicalisant les positions, et ils reviennent après jouer le double rôle. Aujourd’hui, on est tous d’accord qu’il y a un risque assez probable d’implosion dans cette partie du pays. Beaucoup sont ceux qui désapprouvent les positions politiques volatiles du chef coutumier de la zone dans les débats d’actualité au pays.

Avec des déclarations dégradantes pour son honorabilité et sa respectabilité qui exposent le littoral au lynchage verbal et d’autres injures. Car, le sage ne fait plus honneur à sa place. C’est dans ce brouhaha soulevé que certains cadres très malveillants et nuisibles à la paix, la stabilité et surtout la respectabilité pour la région vis-à-vis des autres pays, roulent en contre sens des valeurs et principes reconnus à la notabilité. Le gouvernement en tête, contribue très désavantageusement à cultiver la haine et le mépris à l’encontre de ceux qui ont décidé de restaurer coûte que coûte et vaille que vaille le respect et la légitimité en faveur d’un nouveau chef coutumier qui ne sera pas prisonnier des politiques encore moins esclave de ses ambitions démesurées. C’est trouver quelqu’un de neutre et de respectueux qui saura reconquérir la grandeur et la dignité de la Basse Côte dans un pays où le débat national repose essentiellement et très malheureusement sur la région et le communautarisme. L’on se rappelle de la très sévère punition administrée au très controversé Kountigui lors de la cérémonie de la défunte maman du Premier ministre guinéen. Ce n’est un secret pour personne, la voix du vieux Sékhouna Soumah ne porte plus. Étant dans une position de faiblesse et de grande oublie, d’autres pyromane-pompiers décident de le ressusciter. Ils donnent des munitions à chaque camp, ils remontent les uns contre les autres et viennent jouer au grand parrain de la paix dans l’ombre et le noir. Une situation qui divise très malheureusement les fils de la zone par le sale ménage de certains qui cherchent à se maintenir à tout prix dans la duperie. Ce sont les mêmes qui aggravent la chute de l’autorité de l’État. Sinon, un individu ne peut jamais se bomber le torse contre le pouvoir ou du moins vivre financièrement aussi longtemps dans un bras de fer avec les autorités du pays. Force est de reconnaître que les parrains du vieux Soumah sont aussi ceux qui lui livrent la guerre. C’est genre vendre et acheter ou blesser et soigner. C’est difficile à expliquer quand on ne joue pas franc jeu avec soi-même. Dans tout ça, c’est le Président Alpha Condé qui est exposé par ses courtisans.

Ibou Boby Bâ Cissé

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités