Tronçon Kankan-Mandiana : ‘’nous sommes là-dessus de façon très intense’’ (Moustapha Naité)

Le ministre des Travaux Publics, Moustapha Naité a échangé ce mercredi 12 septembre, avec la presse nationale et internationale sur ses 100 jours passés à la tête de ce département très stratégique. C’était dans les locaux d’un réceptif hôtelier de la place en présence de ses cadres techniques.

D’entrée, le ministre s’est longuement prononcé sur la mise en œuvre de sa lettre de mission en passant par des travaux d’urgences, des actions réalisées, en cours de réalisation et sur les perspectives.

‘’Ce que je peux vous dire, c’est qu’en 100 jours, nous avons travaillé sur l’amélioration et le renforcement du cadre institutionnel et organisationnel du Ministère. Nous avons travaillé sur les urgences et les actions qui doivent être menées pour faire face non seulement aux urgences qui se sont présentées à nous, mais aussi sur les perspectives’’, dira-t-il entre autres.

Répondant à la question relative à la situation du tronçon Kankan-Mandiana qui préoccupe toujours les usagers, le ministre a tenu à préciser : ‘’Nous sommes en train de travailler. Déjà, il y a l’entreprise GUITER qui a déjà réalisé environs 17 kilomètres sur ce tronçon Kankan-Mandiana. Nous sommes en train de chercher le reste du financement avec Afreximbank qui est en Egypte pour voir comment on va financer le reste. Mais il y a trois ouvrages de franchissement (ponts) sur ce tronçon dont nous avons réglé à partir d’une autre approche de financement. Donc c’est en cours, nous sommes en train de travailler là-dessus et à date, nous avons déjà demandé à l’entreprise GUITER d’aller rapidement faire l’élimination des bourbiers pour permettre de fluidifier la circulation pour que nos parents qui sont à Mandiana puissent se déplacer aisément pour venir sur Kankan. Nous allons fluidifier le trafic pour permettre qu’il ait une meilleure circulation. C’est vrai que ça fait couler beaucoup d’encres et de salives, mais nous sommes là-dessus de façon très intense pour que le financement soit bouclé et que le travail puisse être démarré. Nous sommes donc très avancés avec GUITER pour trouver la source des financements.’’

Poursuivant, il a évoqué le cas du tronçon Kankan-Kissidougou en ces termes : ‘’Par rapport à Kankan-Kissidougou, la première approche était d’abord avec l’entreprise EBOMAF. Nous avions signé un contrat de 305 millions d’euros pour la réalisation dudit tronçon. Et ça, c’était parce que l’entreprise EBOMAF devait rechercher le financement, venait avec le financement à mettre en place. Nous avons été naturellement heurtés aux contraintes du fonds monétaire international. Donc, nous avons opté pour aller sur des tranches. Une tranche ferme de 40 kilomètres et une autre tranche pour le reste. La tranche ferme était évaluée à environs 65 millions d’euros (…). Nous sommes aujourd’hui en train de discuter encore avec l’entreprise EBOMAF pour voir comment est-ce que nous pouvons trouver un autre schéma de financement pour aller très vite. Donc ce tronçon n’est pas abandonné et c’est un sujet qui est sur nos tables…’’

Par Youssouf Keita

+224 666 48 71 30     

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire