Trump à Bruxelles : ni tapis rouge ni Charles Michel sur le tarmac

Le fait que le président américain Donald Trump n’ait été accueilli à son arrivée mardi soir à Bruxelles que par une haute fonctionnaire des Affaires étrangères – et non par un membre du gouvernement fédéral – résulte d’une volonté de l’administration américaine, a-t-on indiqué mercredi de source gouvernementale belge.

Trump, qui a atterri mardi soir à l’aéroport de Bruxelles-National en provenance de Washington pour participer à un sommet de l’Otan durant deux jours à Bruxelles, a été accueilli par la cheffe du protocole du ministère des Affaires étrangères, Françoise Gustin, accompagnée par les trois ambassadeurs des Etats-Unis basés à Bruxelles, le nouvel ambassadeur auprès de la Belgique, Ronald Gidwitz, et ses collègues accrédités auprès de l’Otan, Kay Bailey Hutchison, et – depuis mardi – auprès de l’Union européenne, Gordon Sondland.

Le fait qu’aucun ministre belge ne soit présent – le Premier ministre Charles Michel, par exemple, avait réservé sa soirée pour suivre sur grand écran, depuis Braine-le-Comte, le fief des frères Eden et Thorgan Hazard, le match France-Belgique – résulte d’une demande américaine d’une arrivée « la plus administrative » possible, a confié cette source.

Le roi Philippe et le ministre de Affaires étrangères Didier Reynders se trouvaient pour leur part tous deux à Saint-Petersbourg pour suivre le match sur place. Le 11 juillet était aussi le jour de la Fête de la Communauté flamande, célébrée largement à Courtrai en présence de plusieurs ministres N-VA.

Dans la même veine de simplicité, aucun tapis rouge n’a été déroulé lors de la descente de M. Trump de l’avion présidentiel, le Boeing 747 « Air Force One » qui amenait le locataire de la Maison Blanche à Bruxelles.

Source : Belga

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire