Trump dérape de nouveau sur les migrants : ‘’ce ne sont pas des personnes, ce sont des animaux’’

Le président américain a qualifié certains migrants d’« animaux », lors d’une réunion filmée à la Maison Blanche.

Les propos font au moins autant de bruit, aux Etats-Unis, que  ceux qui lui avaient été attribués en début d’année . Donald Trump s’était alors plaint que les migrants venaient essentiellement de « pays de m… », puis avait nié avoir utilisé ces termes.

Cette fois, ses déclarations ont été filmées. Lors d’une réunion à la Maison Blanche avec des responsables de la police californienne, le président américain a assimilé certains migrants à des « animaux ». « Vous ne pouvez pas imaginer à quel point ils sont mauvais. Ce ne sont pas des personnes, ce sont des animaux », a-t-il déclaré, répondant à une question de Margaret Mims, shérif du comté de Fresno, en Californie.

La déclaration de Donald Trump

Des critiques contre le Mexique

Certains jugent que Donald Trump faisait référence aux membres du gang MS-13, mentionnés dans la question. Mais le contexte, ses propos avant et après, rendent les déclarations très ambiguës. Dans la même phrase, il dénonce en effet les lois américaines sur l’immigration, « les plus stupides au monde ». Et il affirme : « il y a des gens qui entrent dans ce pays, ou qui essaient d’y entrer… On en arrête beaucoup […] Nous les expulsons du pays à un rythme jamais vu auparavant. »

Ces propos font également écho à ceux qu’ils avaient tenus durant sa campagne. Lors de sa première conférence de presse en tant que candidat, en 2015, il avait déclaré : « Quand le Mexique nous envoie ses migrants, ils ne nous envoient pas les meilleurs. Ils apportent la drogue, le crime, le viol. Et d’autres, certes, sont d’honnêtes gens. »

Villes « sanctuaires »

Il a d’ailleurs réitéré ses critiques envers son voisin du Sud, ce mercredi. « Le Mexique parle, mais ne fait rien pour nous, en particulier à la frontière », a-t-il lancé, alors même qu’il tente de négocier, par ailleurs, un nouveau traité de libre-échange avec le Canada et le Mexique…

Les propos de Donald Trump ont suscité de nombreuses réactions. Ainsi, pour le Représentant démocrate du Colorado Jared Polis, « les immigrants sont des êtres humains. Pas des animaux, pas des criminels, pas des trafiquants de drogue, pas des violeurs. Ce sont des êtres humains. »

La réunion devait faire le point sur les différentes législations américaines en matière d’immigration, parfois contradictoires. La loi de l’Etat de Californie reste en effet plus tolérante que la loi fédérale et les autorités, localement, ont du mal à savoir quelle règle ils doivent appliquer. Certaines villes et même l’Etat californien, démocrate, se sont même  déclarés « sanctuaires » , pour protéger les immigrants en situation irrégulière et faire front face aux politiques de Washington.

Les Echos

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire