Yaya Jammeh à Alpha Condé : ” le Sénégal a plus à perdre dans le blocus que la Gambie “

De retour de Kigali, Alpha Condé a fait escale à Banjul pour rencontrer Yaya Jammeh. Le président guinéen s’est impliqué dans la résolution de la crise frontalière entre le Sénégal et la Gambie. Mais même si le président gambien a promis d’enterrer la hache de guerre, il a tenu à dire à son homologue guinée que c’est le Sénégal qui a plus à perdre dans cette crise.

Yaya Jammeh reste convaincu que le Sénégal a plus à perdre dans le blocus que la Gambie. Et que «les Sénégalais souffrent plus que les Gambiens» de la fermeture de la frontière. Il en veut pour preuve, la forte colonie Sénégalaise venue chercher fortune dans son pays, alors qu’à l’inverse, les Gambiens sont très peu nombreux au Sénégal.

« Ils (les dirigeants du Sénégal) ont fermé la frontière, je ne vais pas négocier avec eux, parce que ce n’est pas la première fois qu’ils le font. Le Président Condé est un grand frère qui m’a parlé régulièrement depuis le début de ce problème. Il m’a dit : écoute, il faut que tu sauves les gens qui souffrent ; ils souffrent plus au Sénégal qu’en Gambie. J’ai dit non, je n’irai jamais négocier parce qu’ils ont fermé leurs frontières, pas moi. Si les gens souffrent au Sénégal, ils doivent blâmer leur gouvernement et pas moi. Mais je suis un panafricain et je n’aime pas voir des Africains souffrir. C’est pourquoi j’ai accepté de lâcher du lest pour discuter et mettre fin aux souffrances des populations.

Je n’accepte pas de discuter par faiblesse, je discute pour ma dignité et parce que je suis un musulman, puisque le Bon Dieu pardonne à ceux qui sont humbles. Mais je ne l’aurais pas accepté puisque c’est la huitième fois que le Sénégal ferme les frontières quand il le veut et les ouvre quand il le désire.

Quand j’ai augmenté le tarif de la traversée, c’était pour rendre la pareille au Sénégal qui fait payer le même prix aux transporteurs gambiens. Nous avons alerté les autorités du Sénégal pour leur faire savoir que leurs douaniers prennent autant d’argent que nous avons augmenté lors de la dernière tarification. Ils nous ont dit qu’ils ne sont pas au courant. Donc la Gambie n’a rien fait. Et moi je suis un faiseur de paix en Afrique donc, quand les gens disent que j’ai un différend avec un autre pays, ce n’est pas vrai. Je me suis simplement tue», a expliqué M. Jammeh.

«Nous avons plus de 950.000 Sénégalais dans ce pays et nous avons moins de 5000 Gambiens au Sénégal. Vous allez dans nos marchés, ils sont tous des Sénégalais. Vous allez à Sandaga (le plus populaire marché de Dakar), vous ne trouvez pas un seul Gambien là-bas», a déclaré Jammeh. Et de préciser qu’il continue d’accueillir tout ce beau monde sénégalais, «malgré l’hostilité du Sénégal envers son pouvoir».

Une manière selon Freedomnewspaper, de faire comprendre au gouvernement sénégalais qu’il doit prendre en compte ses ressortissants très nombreux en Gambie et que «si le Sénégal ne parvient pas à se comporter en bon voisin», il peut expulser ses ressortissants. Et pour le journal, cela n’est pas seulement «une tentative désespérée» pour faire pression sur le gouvernement de Macky Sall, car, Yaya Jammeh «imprévisible» et «prêt à tout pour se venger», est capable de mettre sa menace à exécution.

Source: senego, senenews

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires




Laisser un commentaire