Covid-19 : Lansana Diawara de la MAOG pense que les réflexions du Conseil scientifique ne doivent pas être publiques

Print Friendly, PDF & Email

Dans le cadre de la riposte contre le Coronavirus qui prend une proportion inquiétante en Guinée, le Conseil Scientifique mis en place par le Président de la République, Professeur Alpha Condé, a tenu jeudi, 30 avril sa première rencontre pour réfléchir sur des mesures à entreprendre pour freiner la propagation de cette pandémie ravageuse dans le pays. A l’issue de la rencontre, des réflexions et recommandations ont été faites sur plusieurs points.

Pour Lansana Diawara, coordinateur national de la Maison des Associations et ONGs de Guinée (MAOG), joint ce vendredi 1er mai 2020, les conclusions assorties de cette réunion ne doivent pas être mises sur la place publique sans qu’elles ne soient transmises à qui de droit.

« Quand on est un organe consultatif et qu’on réfléchit sur des questions essentielles, vous n’avez pas le droit de mettre la conclusion de ces réflexions sur la place publique. Vous le gardez pour vous et vous transmettez à qui de droit. C’est à ce dernier de réfléchir et prendre quelques points de vos réflexions ou la totalité. Mais dès lors que vous les mettez sur la place publique, vous mettez les intéressés à des positions très difficiles », a-t-il dit.

Ajoutant que la discrétion doit être un élément à prendre en compte par les membres de ce conseil.

« Deuxième, vous donnez de l’espoir ou le désespoir, ça dépend des différents types de recommandations que vous faites aux populations avant même qu’elles ne soient validées. C’est très élémentaire. Quand on est en conseil scientifique, les réflexions issues de l’organe en question sont discrètes et confidentielles », a précisé Lansana Diawara.

En ce qui concerne les décisions et communications officielles, le coordinateur national de la MAOG a rappelé que cette tâche revient au Président de la République, au Premier ministre ou aux structures mises en place à cet effet.

« Il doit éviter de faire une communication publique puisque ça ne relève pas de ses compétences. Ces réflexions sont destinées au Président de la République et au Premier ministre chef du gouvernement. Sinon, on aurait l’impression comme s’il y a un autre organe de gestion de cette crise sanitaire qui est différent du ministère de la Santé, de l’ANSS et du conseil interministériel. Ce conseil ne doit en aucun cas se prononcer sur des questions et de telle manière. C’est une instance de l’ombre qui réfléchit et qui propose au pouvoir public », a conclu Lansana Diawara.

Mohamed Cissé

 

 

1 Commentaire
  1. Ibrahima Blasco BARRY 1 mois il y a
    Repondre

    Je suis entièrement d’accord avec vous mon frère.
    Toutefois, donnons une marge de tolérance à cette structure car c’est une première en Guinée.
    Un adage de chez nous dit: « Quand l’animal qui n’a jamais été vu est abattu, il crée l’anxiété chez le boucher qui ne sait s’il faut commencer à le dépiécer par la tête ou la queue ».
    J’étais moi-même embarrassé par cette façon de faire de nos éminents scientifiques parce que je me suis posé la question de savoir comment une structure consultative peut monter au créneau pour annoncer des décisions. Qu’ils portent leurs réflexion au niveau du PM sous la tutelle duquel ils sont placés ou au Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique qui les coordonne.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Le contenu est protégé !!