2 ans de gestion de Kassory à la Primature : des citoyens donnent leurs avis…

Print Friendly, PDF & Email

21 mai 2018 – 21 mai 2020, voilà deux ans jour pour jour que le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana occupe la tête du gouvernement guinéen. La question qui taraude l’esprit du commun des Guinéens est de savoir ce que ces deux ans à la tête de la primature ont comme résultat ? Pour avoir la réponse à cette question, notre reporter est allée ce vendredi 22 mai 2020 à la rencontre de quelques citoyens de Conakry.

Pour ces citoyens interrogés, le locataire du Palais de la Colombe a encore du pain sur la planche.

Amadou Diallo, enseignant sortant de l’ISSEG : « Kassory doit savoir que nous avons besoin des choses concrètes »

« J’apprécie certains de ses actes, comme la construction des barrages, des routes. Mais le défaut est que ce gouvernement guinéen n’a jamais pensé tellement à la jeunesse. Dans la réalité des choses, on n’exploite pas les situations actuelles politiques du pays comme elles sont mais comme on voudrait qu’elles soient et c’est là-bas où le bât blesse. Les instances normalement dans un pays sont une étape de dynamisation et surtout elles doivent vraiment couvrir la couche juvénile. Ils n’ont qu’à penser à la couche juvénile, penser à l’emploi des jeunes. Ils parlent des projets pour autonomisation des jeunes étant donné que les jeunes n’ont pas accès. Même les recruter, ils le font par affinité. Nous avons besoin des choses concrètes, la quasi-totalité de la population guinéenne souffre. »

Ibrahima Camara, administrateur civil : « la gestion de Kassory est mitigée »

« C’est une gestion mitigée, pleine de bonnes choses à la fois et de mauvaises. De façon globale, il n’y’  pas eu de choses reluisantes. Quand on va dans le domaine de l’éducation, ça n’a pas été tellement rose, quand on sait qu’il y a eu pas mal de grèves. Il y a aussi le panier de la ménagère, là aussi, on sait que ça n’a pas marché. Sur le plan des travaux publics, il reste beaucoup à faire. Mais vraiment le gouvernement n’a ménagé aucun effort par rapport à la réussite dans ce sens. Dans le domaine de la construction des hôtels, ça marché un peu bien que ce n’est pas ce qui est prioritaire ».

Mariam Sylla, marchande : « Kassory doit revoir la situation de la route de Forécariah, il ne faut pas qu’il oublie que c’est de là-bas, il vient »

« La Guinée est très dure actuellement. Tout récemment, mon mari a été hospitalisé, pour son opération, les médecins nous ont demandé de payer 4 millions, difficilement ils nous ont laissé à 3 millions. Actuellement, quand tu vas à l’hôpital malade, les médecins refusent de s’occuper de toi tant que tu ne paies pas de l’argent d’abord pour les soins. Donc c’est pour dire qu’on souffre surtout nous les femmes. Nous sommes obligées de faire notre petit commerce pour pouvoir nourrir nos enfants, nos maris ne travaillent pas. Kassory n’a qu’à créer les emplois pour permettre à nos maris de travailler. Il y a encore la situation de la route de Forécariah que Kassory doit revoir. Il ne faut pas qu’il oublie que c’est de là-bas il vient. L’état de la route de Forécariah est très mauvais ».

Abdoulaye Soumah, chargé d’entretien : « il faut que le gouvernement vienne en aide aux jeunes »

« La gestion de Kassory est passable, parce qu’il aide certains. Mais ce qu’il doit savoir, c’est de ne pas oublier les jeunes surtout. Il faut que le gouvernement vienne en aide aux jeunes. »

Fatou Soro, mareyeuse au port de Boulbinet : « Kassory n’a qu’à chasser les Chinois qui sont dans la pêche en Guinée, ce sont de mauvais poissons qu’ils nous vendent »

« Il faut que les autorités guinéennes se lèvent pour nous aider, nous souffrons. Les Chinois ne nous envoient pas de bons poissons. Par exemple quand tu achètes 10 cartons de poissons, tu n’auras pour bénéfice que sur cinq cartons, parce que les poissons qui sont dans les 5 autres cartons ne sont pas en bon état. Il faut que Kassory chasse ces Chinois. Actuellement, nous, les mareyeuses, nous perdons beaucoup dans l’affaire de poissons. C’est Kassory le Premier ministre, il faut qu’il nous aide auprès du ministre des pêches. »

Elisa Camara

+224 654 9573 22

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Le contenu est protégé !!