Sékou Mohamed Sylla, SE ANLC : ”il faut créer les meilleures conditions à l’ANLC pour mener à bien sa mission”

Print Friendly, PDF & Email

“Combattre la corruption par des systèmes judiciaires efficaces et efficients”, c’est le thème d’une conférence de presse animée par l’agence nationale de la lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gouvernance, (ANLC), ce vendredi 11 juillet à l’occasion de célébration de la journée africaine de lutte contre la corruption.

 Au cours  de cette conférence, l’ANLC qui est ratachée à la présidence de la république, à travers son secrétaire exécutif est revenu sur les avancées enregistrées en matière de lutte contre la corruption dans le système judiciaire national. Et il a aussi évoqué quelques difficultés qui empêchent l’ANLC de mener à bien son combat.

Selon, le secrétaire exécutif (SE) de l’ANLC, Sékou Mohamed Sylla, “la loi de lutte contre la corruption a été portée devant l’Assemblée par le Ministère de la Justice adoptée et promulguée dans le journal officiel de la République, c’est le premier instrument sur le plan législatif la loi“.  Ajoutant que le décret portant attribution organisation et fonctionnement de l’organe ”qui est l’ANLC qui reprend textuellement toutes les préoccupations exprimées et particulièrement la volonté politique du chef de l’Etat, et la déclaration de politique générale du premier ministre“.

Sur le plan réglementaire, a-t-il rappelé:” nous avons le décret portant déclaration de bien et du patrimoine. Et nous sommes en attente du décret portant protection de lanceur d’alerte, l’adoption et la promulgation de ce décret va déclencher l’étape de détection et répression de la corruption”.

Ensuite dans le cadre de la collaboration avec le Ministère de la Justice et dans le cadre de ces attributions, le ministre a pris deux actes importants: premièrement, désigner des magistrats chargés de traiter les dossiers de corruption au niveau de chaque cour et tribunal surtout les tribunaux de première instance. Ensuite, les juges chargés de l’application des peines, ces actes viennent en plus réconforter les dispositifs pour un système judiciaire efficace et efficient de lutte contre la corruption”, a-t-il dit.

Plus loin, le patron de l’ANLC a rassuré que son agence qui est en manque de moyens financiers peut bel et bien accomplir sa mission si toutefois les fonds  mobilisés pour la lutte contre Ebola et Coronavirus étaient aussi mobilisés pour la lutte contre la corruption.

” Il faut créer les meilleures conditions à l’ANLC pour mener bien sa mission. Parce qu’il faut qu’on stoppe l’évolution de la corruption dans ce pays”, a-t-il affirmé.

De son côté, le ministre d’état, chargé des relations avec les institutions républicaines, Mamadou Lamine Fofana a plaidé pour une synergie d’action entre les hommes de médias et l’ANLC pour l’éradication de la corruption dans le pays.

Elisa Camara

+224654 95 73 22

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.