La justice américaine veut saisir une villa de l’ancien président gambien Yaya Jammeh

Print Friendly, PDF & Email

L’ancien président de la Gambie, Yahya Jammeh, a acheté 281 biens immobiliers avec de l’argent détourné du trésor public, selon une plainte déposée par des procureurs américains qui cherchent à saisir l’une de ses villas.

La villa en question est située dans la ville de Potomac, bourgade huppée dans la périphérie de la capitale américaine, Washington.

Selon les procureurs, la villa, qualifiée de somptueuse, est évaluée à 3,5 millions de dollars et doit être saisie car son achat a été rendu possible par la corruption. Ce que la justice américaine ne permet pas.

“Les États-Unis ne permettront pas à ceux qui commettent des crimes d’en tirer profit et nous allons rendre justice aux victimes aussi bien ici qu’à l’étranger”, a affirmé Robert Hur, procureur fédéral.

Selon la plainte, l’ex-président Jammeh a ouvert “plus de 100 comptes bancaires” pendant la vingtaine d’années qu’il avait passée à la tête de ce pays enclavé dans le Sénégal.

Arrivé au pouvoir en 1994 à la faveur d’un coup d’État, Yaya Jammeh part en exil en 2016 après avoir été battu par Adama Barrow, l’actuel président. Il vit désormais en Guinée équatoriale.

En 2017 il avait été mis sur la liste des sanctions américaines pour des violations présumées des droits humains.

Il est à préciser que ni M. Jammeh ni les membres de sa famille ne font l’objet de poursuites judiciaires aux États-Unis.

La demande de saisie a été introduite devant un tribunal fédéral situé dans l’État du Maryland.

Source ; VOA

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.