22 novembre 70 : le PDG-RDA se souvient de l’attaque impérialo-portugaise contre la Guinée

Print Friendly, PDF & Email

Il y a 50 ans, la Guinée était victime d’une attaque perfide qui a fait des centaines de morts. Le 22 novembre de chaque année, les militants et sympathisants du PDG-RDA, se réunissent pour rendre hommage aux vaillants combattants guinéens qui ont lutté corps et âmes contre l’agression impérialo-portugaise sous le régime du feu Sékou Touré.

Ce dimanche, les cadres de cette formation politique ont déposé, en mémoire aux morts pour la défense de la patrie, une gerbe de fleurs au palais du peuple de Conakry. Ce, après une conférence de presse au siège du parti à Donka.

Dans son intervention, le secrétaire général par intérim du PDG-RDA, Oyé Béavogui a rappelé les symboles de cette célébration.  

« Nous sommes là aujourd’hui, pour commémorer effectivement l’écrasante victoire du peuple de Guinée. C’est vrai il y a de cela 50 ans, nous plaçons cela sur deux symboles. Le premier, c’est de rendre hommage au peuple martyre de Guinée qui s’est sacrifié au nom de la dignité, au nom des libertés du peuple, à pouvoir résolument défendre la patrie qui est cette terre de Guinée.

Le deuxième symbole ; c’était un évènement très malheureux mais, que nous avons pu convertir comme la victoire pour le peuple de Guinée. C’est aussi un hommage que nous rendons au président Sékou Touré et tous ses compagnons qui n’ont pas trahi la nation guinéenne, qui n’ont pas trahi le peuple africain de Guinée », a-t-il dit.

A travers un document remis à la presse, le PDG-RDA a mentionné les raisons pour lesquelles la Guinée a été victime de l’agression portugaise « en complicité avec certains de ses fils ».

« Il faut admettre que le ‘’non’’ de la Guinée le 28 septembre 1958 à la France est à la base de l’effondrement du système colonial français. Et, 2 ans après la proclamation de l’indépendance de la Guinée, les autres colonies françaises fouettées dans leur dignité, ont demandé l’indépendance ; considérant que sa souveraineté était indissociable de celle des autres, la Guinée s’engagea aux cotés des peuples opprimés dans la lutte de libération. Elle était présente en Algérie, en Angola, au Congo, en Guinée Bissau, au Mozambique et autres ».  

Cette agression portugaise, a fait 560 victimes, selon ledit document.

Mohamed Cissé 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.