28 Septembre à Conakry: recueillement et assainissement des mausolées des combattants de l’indépendance

Print Friendly, PDF & Email

Contrairement aux années précédentes, cette année, le PDG-RDA et le Mouvement Sekoutoureisme ont commémoré la date du 28 septembre en allant se recueillir et assainir ce mardi 28 septembre les Mausolées de feu le président Ahmed Sékou Touré, de Saïfoulaye Diallo, Alpha Yaya Diallo et autres. Cette  initiative accompagnée par le  parti du père de l’indépendance,  Ahmed Sékou Touré, est venue du Mouvement Sekoutoureisme. Mouloukou Souleymane Touré, vice-coordinateur du Sekoutoureisme, a d’abord parlé de la particularité de ce 28 septembre avant de lancer un message de paix à l’endroit de la population guinéenne.

« En tenant compte du Covid, et de la situation sociopolitique, c’est vrai qu’on avait souhaité faire quelque chose de grand, mais nous nous sommes dit qu’il n’y a pas quelque chose de grand que de venir se recueillir sur les mausolées où reposent les camarades Ahmed Sekou Touré, Saïfoulaye Diallo, parce qu’ ils se sont battus pour notre indépendance. Donc, si nous sommes  ici aujourd’hui, c’est conformément à notre programme.  Et je pense que ce que nous avons fait aujourd’hui ça permet en gros d’attirer l’attention de la jeunesse sur ce qu’ont été ces grands messieurs, pour qu’ensemble, nous puissions mieux meubler le présent  pour que nous nous approprions le passé. 

Le message que nous avons à lancer à l’endroit de la population guinéenne est simple. Aujourd’hui, nous célébrons le 28 septembre 1958. Et qui parle de 28 septembre, parle aussi de la manière dont le peuple s’est exprimé, pour dire « Non « à la colonisation sans effusion de sang. On est fier de le dire, aujourd’hui, nous souhaitons que le Guinéen s’approprie  cette expérience, que le Guinéen essaye de gérer les choses de façon démocratique, sans effusion de sang », s’est-il exprimé. 

Présent à l’endroit où reposent nos héros, l’honorable  Oyé Beavogui, secrétaire général par intérim du PDG-RDA, a, au nom du parti, souhaité bonne fête de 28 septembre à tous les combattants de la liberté et de la dignité, aux hommes épris de justice et de liberté, tout en indiquant que depuis le décès d’Ahmed Sekou, les dates symboliques ont tendance à disparaître. 

« Aujourd’hui, comme vous constatez, tout comme nous, nous célébrons les 63 ans de ce vote historique qui a marqué un coup fort pour l’élan de la Guinée mais aussi pour l’élan de l’Afrique tout entière.  Nous regrettons que cette journée du 28 septembre ne soit pas aussi consacrée effectivement comme journée nationale de la dignité.  Depuis le décès du Responsable suprême de la Révolution en 1984, je crois que nos dates symboliques et glorieuses ont tendance à disparaître. Mais ce n’est que partie remise parce que ce que vous constatez, tout comme nous, c’est la jeunesse qui est en train de réclamer ce droit parce qu’elle a pris conscience, parce qu’elle a envie de connaître effectivement cette partie glorieuse de l’histoire. Donc, pour nous, ça ne pose pas de problème.  Et au niveau du PDG-RDA, nous venons accompagner le Mouvement Sekoutoureisme qui a décidé d’organiser cette journée de recueillement mais aussi d’assainissement au Mausolée de Camayenne », a-t-il déclaré.

Poursuivant, le secrétariat général par intérim de ce parti a salué l’initiative des nouvelles autorités qui se sont rendues la semaine dernière sur les mêmes lieux. Et il a profité de la même occasion leur lancer un appel.

« Donc, par rapport aux nouvelles autorités, nous avons louer un grand pas que le colonel Mamadi Doumbouya vient de franchir en venant se recueillir sur le Mausolée de nos illustres devanciers qui reposent ici : feu le président Ahmed Sékou Touré, Almamy Samory Touré, Morifindjan Diabaté , Alpha Yaya Diallo, Hadja Mafori Bangoura, Saïfoulaye Diallo et autres. Mais ce n’est pas un fait anodin. Cela prouve encore qu’il veut incarner un véritable symbole afin de pouvoir rassembler tous les Guinéens, parce que le Mausolée, ce n’est pas la famille du président Ahmed Sékou Touré, ce n’est pas le PDG-RDA, mais c’est pour l’Afrique, c’est pour  le peuple militant de Guinée. Donc, cette journée, il y a des gens qui ne vont pas trouver le sens mais le 28 septembre, comme le disait le camarade Mouloukou Souleymane, nous n’allons pas refuser la coopération…C’est un appel que nous avons à lancer aux nouvelles autorités pour que cette journée du 28 septembre soit effectivement reconnue comme journée nationale de la dignité pour que la jeunesse guinéenne qui a soif de connaître sa véritable histoire puisse s’en approprier. Je pense que nous pourrons en tirer toute la fierté en tant qu’Africains et Guinéens », a-t-il lancé. 

A noter qu’en 2009, cette date du 28 septembre a pris une tournure tragique, avec le massacre perpétré dans le stade du même nom, sous la transition CNDD conduite par le capitaine Moussa Dadis Camara. Des événements dont les victimes continuent de réclamer justice.

Christine Finda Kamano 

622716906

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.