3 enfants morts à Koubia après avoir été vaccinés ? ‘’Un vaccin ne tue jamais’’ (DPS) 

Print Friendly, PDF & Email

La mort des trois enfants dans la sous-préfecture de Matakaou, préfecture de Koubia, le lundi 22 juin 2020 continue de polariser les débats dans la région de Labé. Rencontré ce jeudi, 25 juin, le Directeur régional de la santé de Labé, nous a confié qu’une mission du Ministère de la santé, conduite par le secrétaire général est attendue ce vendredi soir à Labé pour tirer au clair cette affaire, avant de préciser que le vaccin ne tue jamais.

« Ce sont trois enfants qui sont morts à Matakaou après avoir reçu un vaccin. Aussitôt informés, on a envoyé une mission, mais cela n’empêche ce matin aussi nous sommes en train d’envoyer une autre mission sous l’autorité de M. le Gouverneur, composée d’un représentant de la DRS, de l’Unicef, de l’OMS, et au niveau national aussi est entrain de préparer une autre mission qui sera conduite par le coordinateur national du PENV (programme élargi national de vaccination). Il sera là demain soir (vendredi ndlr) et il va continuer sur Matakaou. Un vaccin ne tue jamais, le vaccin protège l’enfant contre les maladies les plus meurtrières notamment la rougeole, la diphtérie, la poliomyélite et le tétanos. Si nos enfants ne se protègent pas cotre ces maladies c’est grave. Et ces vaccins sont sûrs, ils ont été fabriqués par l’OMS, et bien conservés dans nos zones. Je suis sûr que ce n’est pas le vaccin qui les as tués », justifie Dr Mamadou Hady Bah.

Néanmoins, ce matin trois autres enfants ont été admis à l’hôpital régional de Labé. A en croire le DPS, ces derniers et leurs parents ont été forcés de venir par les services de sécurité, mais ils ne sont pas malades. En outre, le procureur de la république près le tribunal de première instance s’est saisi du dossier.

« J’ai vu des enfants qui sont arrivés ici, qui ne sont pas malades, ils sont au nombre de 3, ils sont partis du champ pour venir ici, les parents n’ont pas à manger, ni le transport pour se retourner. Ce n’est pas à la police d’orienter une personne dans une structure de santé, tout ça c’est décourager les gens par rapport à la vaccination. J’ai appris aussi que le procureur s’est saisi du dossier, mais je n’ai pas été officiellement saisi par lui, ce sont les parents des enfants qui sont venus à Labé qui m’ont informé », précise le Directeur Régional de la Santé-DRS.

A noter qu’en attendant les résultats des analyses, la psychose continue de tourmenter les citoyens de Matakaou. 

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.