Connect with us

Politique

3è mandat/ Y a-t-il pacte entre Sarko-Alpha et Cellou ? Voici ce que La Lettre du Continent révèle…

Selon La Lettre du Continent, le troisième mandat pour le président Alpha Condé se prépare activement dans l’ombre. Avec bien sûr des lobbyistes comme Nicolas Sarkozy, ancien président français. Le deal explique le journal a commencé au-delà des frontières guinéennes.

« A Conakry, Nicolas Sarkozy a été le vrai garant du volet politique de l’accord entre l’homme d’affaires israélien Beny Steinmetz et le président guinéen. Vêtu de blanc des pieds à la tête, Alpha Condé a longuement reçu – ensemble puis séparément -, le 21 février, Beny Steinmetz, en litige avec la Guinée depuis sept ans pour le contrôle du site minier de Simandou, et Nicolas Sarkozy. En fin de journée, le patron de la société Beny Steinmetz Group Resources (BSGR) et le chef de l’Etat guinéen ont accepté d’abandonner les nombreuses actions en justice qu’ils se sont mutuellement intentées. Cap 2020. », rapporte le journal d’Antoine Glaser. Ajoutant que « depuis le début de son conflit avec Beny Steinmetz, Alpha Condé s’est parallèlement rapproché de son opposant. Passer un accord avec les deux principaux « parrains » du patron de l’Union démocratique des forces de Guinée (UFDG) a ainsi permis au président guinéen de dégager la voie pour se présenter à un troisième mandat en 2020. Deal. La présence de Nicolas Sarkozy à Conakry, quelques jours après celle de François Hollande, a par ailleurs donné à cet accord une ampleur sous régionale, Cellou Dalein Diallo bénéficiant d’un autre discret soutien : celui d’Alassane Ouattara. L’ancien chef de l’Etat français a ainsi profité de son amitié avec le président ivoirien pour esquisser les contours d’un autre deal au cours du même entretien : le chef de l’Etat ivoirien s’engagerait à prendre ses distances avec l’opposant guinéen dans l’hypothèse où Alpha Condé renoncerait, de son côté, à accueillir Laurent Gbagbo en Guinée ».

Le journal précise que Nicolas Sarkozy, après Conakry s’est rendu à Abidjan pour rendre compte à Ouattara de ce qui a été conclu. Non sans rappeler que Paris n’était pas étranger à toutes ces discussions. Le journal en a pour preuve la présence à toutes les étapes des discussions au palais Sékhoutouréya de l’ambassadeur de France à Conakry, Jean-Marc Grosgurin.

Issa

Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter