Connect with us

International

La visite de Valls en Algérie marquée par un boycott de médias français

Published

on

Manuel Valls entame samedi en début de soirée un voyage officiel de 24 heures en Algérie, marqué par un mouvement de boycott de médias français protestant contre le refus d’Alger d’accréditer des journalistes du Monde et du “Petit Journal” de Canal+.
Le Premier ministre a exprimé samedi sur Twitter ses “profonds regrets” face à ces refus de visas et assuré qu’il aborderait le sujet lors de sa visite.
Fait rarissime: les radios publiques France Culture et France Inter, ainsi que les quotidiens Libération et Le Figaro ont annoncé vendredi soir qu’ils ne couvriraient pas la visite du Premier ministre et d’une dizaine de ses ministres pour un “comité de haut niveau” qui dure jusqu’à dimanche soir.
France 2 a également décidé de ne pas envoyer de rédacteur pour s’associer à la protestation, mais dépêchera un journaliste reporter d’images pour assurer le “pool”, c’est-à-dire faire des images que pourront utiliser d’autres chaînes. “C’est une responsabilité collective par rapport à tous les médias”, a expliqué à l’AFP Michel Field, directeur de l’information de France Télévisions.
De même, TF1 n’enverra pas d'”équipe spécifique” contrairement aux autres déplacements de ce type, selon un porte-parole de la chaîne. Celle-ci se réserve la possibilité d’utiliser les images de “pool”.
Europe 1 et RTL, tout comme l’AFP et Reuters, couvriront la visite. “Nous comprenons et respectons le mouvement de solidarité avec nos confrères privés de visa. Mais l’AFP se doit d’informer dans le monde entier par respect pour ses clients français et étrangers. C’est sa mission”, a expliqué la directrice de l’information de l’AFP, Michèle Léridon.
– ‘Principes d’une presse libre et indépendante’ –
Les rédactions protestent contre la décision des autorités algériennes de ne pas accréditer un journaliste du Monde, en raison de la couverture de l’affaire des Panama Papers par le quotidien, et une équipe du “Petit Journal”, émission satirique de Canal+ qui ironise régulièrement sur l’état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika. Ces refus de visas sont tout aussi rarissimes dans le cadre de voyages officiels.
La colère du pouvoir algérien contre Le Monde remonte à mardi. La une du quotidien du soir montrait alors une photo de M. Bouteflika parmi les dirigeants mis en cause dans le scandale financier. Le journal n’est ensuite ravisé en précisant que le nom du chef de l’État algérien “n’apparaît pas dans les Panama Papers”.
Dans la foulée mercredi, le ministère algérien des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de France pour lui faire part de son mécontentement.
C’est ce même jour que les autorités françaises ont été informées de l’intention d’Alger de ne pas accorder de visas à deux médias, sur la vingtaine accrédités pour ce déplacement du gouvernement français.
M. Valls, a fait savoir Matignon, a téléphoné à son homologue algérien Abdelmalek Sellal pour tenter d’obtenir la levée de la sanction, mais sans succès.
“Indignée”, l’Association de la presse ministérielle a “demandé instamment aux autorités algériennes de réviser leur jugement contraire aux principes d’une presse libre et indépendante”.
– Un ministre influent cité dans les Panama Papers –
Cette poussée de fièvre diplomatico-médiatique intervient alors que la relation bilatérale, souvent tumultueuse, traverse une phase d’apaisement depuis l’arrivée de François Hollande à l’Élysée, même si des divergences s’étaient fait jour lors de la visite du chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault fin mars.
L’affaire pourrait faire passer au deuxième plan des accords économiques que Matignon espère voir finalisés au cours du week-end, dont un accord pour l’implantation d’une usine PSA à Oran, la deuxième ville du pays, afin de desservir le marché automobile local.
Outre plusieurs rencontres entre les différents ministres, la visite devrait également donner lieu à une rencontre entre le Premier ministre français et M. Bouteflika.
Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron doit lui rencontrer l’influent ministre de l’Industrie algérien Abdesselam Bouchouareb, qui fait lui bien partie des personnalités mises en cause dans le scandale des Panama Papers.
Selon les révélations du Monde, ce dernier a détenu une société établie au Panama, qui avait pour objet “la gestion d’un portefeuille de valeurs immobilières d’un montant de 700.000 euros, détenu actuellement à titre personnel” par le ministre, selon le quotidien. Pour sa défense, une société de gestion luxembourgeoise a affirmé que cette structure n’avait jamais été “active”.
AWP

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Citation de la semaine 18 février 2020
    "Le cyclone Idai a tout détruit, nous n’avions rien. Alors, nous avons commencé à ramasser les plastiques pour gagner en peu d’argent" Pasika Gaspal, habitante de Beira (Mozambique)
  • L'UE va se déployer en Libye pour empêcher les livraisons d'armes 18 février 2020
    Les journaux allemands commentent l’accord trouvé lundi (17.02.2020) par l’Union européenne pour déployer des navires de guerre à l'est de la Libye afin d'empêcher les livraisons d'armes à ce pays. 
  • Niger : dix ans après son renversement, Mamadou Tanja a toujours des soutiens 18 février 2020
    Mamadou Tandja a été renversé par l’armée le 18 février 2010, . Ce troisième putsch, depuis la conférence nationale du 29 juillet 1991, a mis fin aux velléités de l’ancien président de vouloir se maintenir au pouvoir.
  • Racisme : Moussa Marega massivement soutenu au Portugal 18 février 2020
    Victime de cris racistes, Moussa Marega, avait quitté le terrain du Vitoria Guimarães. L'attaquant malien du FC Porto a été notamment soutenu par Marcelo Rebelo de Sousa, le président du Portugal.
  • Au Cameroun, l'impunité est la cause des violences contre les civils, selon HRW 17 février 2020
    La mort de plusieurs civils dans la zone anglophone vendredi (14.02.20) révèle une incapacité des dirigeants à juger les coupables, selon des ONG. Celles-ci demandent une enquête indépendante.
  • Au Mali, l'exploitation de l'or permet de financer les djihadistes 17 février 2020
    L’exploitation de l’or à Kidal (nord) a réduit considérablement le taux de banditisme dans la région. Mais elle permet aussi aux groupes armés et aux djihadistes souvent alliés à Al-Qaïda de se financer.
  • "Aujourd'hui, nous assistons à des attaques ciblées" (Marie-Noëlle Koyara, ministre de la défense de la RCA) 17 février 2020
    Au cours d’une interview qu’elle a accordée à la DW, la ministre centrafricaine de la défense, Marie-Noëlle Koyara, accuse les groupes armés de contrôler plusieurs régions riches en ressources naturelles.
  • Pourquoi les Européens se soucient de la Libye 17 février 2020
    L'Europe a décidé de déployer une nouvelle mission navale et contrôler l'embargo sur les armes imposé à la Libye. Mais les Etats n'accordent pas la même urgence aux préoccupations concernant l'Afrique.
  • La santé au Togo, un enjeu de la présidentielle 17 février 2020
    Depuis 2017, le Togo a engagé une réforme de son système sanitaire afin d’assainir le financement des hôpitaux publics et améliorer la qualité des soins. Mais les résultats obtenus jusque-là sont jugés très insuffisants.
  • Mike Pompeo survole le Sahel et se pose au Sénégal 17 février 2020
    Pour sa première visite en Afrique subsaharienne, le secrétaire d'Etat américain ne visite aucun des pays du Sahel touchés par le terrorisme. Il défend son choix du Sénégal comme une des destinations de ce voyage.
  • Agathon Rwasa candidat à la présidentielle au Burundi 16 février 2020
    Le Conseil national pour la liberté (CNL), principal parti d'opposition au Burundi, a désigné dimanche, son président Agathon Rwasa comme candidat à la présidentielle prévue le 20 mai 2020.
  • Saint Valentin, les hommes "sous pression" 14 février 2020
    Le 14 février est la fête de l'amour. C'est l'occasion pour les couples de se retrouver. Ils doivent souvent dépenser de l'argent pour les offres de différents magasins.
  • Omar el-Béchir bientôt à la CPI ? 14 février 2020
    La presse s’est intéressée cette semaine à l’invasion des criquets dans l’est de l'Afrique et à la possibilité d’une extradition à la Haye de l’ex-président soudanais Omar el-Béchir.
  • Le sexe dans tous ses états 14 février 2020
    Le magazine Santé démarre l'année sous la couette avec une série sur le sexe. Quatre émissions avec reportages et interviews pour en savoir plus sur les relations intimes et l'orgasme - et les moyens d'y parvenir.
  • L'armée malienne fait son retour à Kidal 14 février 2020
    L'armée malienne est enfin arrivée à Kidal ce jeudi (13.02.20), ville contrôlée depuis 2012 par la Coordination des mouvements de l'Azawad. Le détachement comprend près de 300 soldats.
  • Conférence de Munich : l’influence de l'Europe en débat 14 février 2020
    La perte d’influence de l’Occident semble s’imposer à cette conférence sur la sécurité. Mais les relations avec les Etats-Unis, le poids de Moscou et de Pékin, ainsi que la protection des données seront aussi discutés.
  • Es Tunis-Zamalek, alléchante affiche de Supercoupe de la CAF 14 février 2020
    Ce soir, à Doha (Qatar), le club tunisois (double tenant du titre en C1) affronte le géant cairote (vainqueur de la Coupe de la Confédération) dans un duel qui s'annonce passionnant.
  • Le calvaire des commerçants sur la route Abuja-Kaduna 13 février 2020
    Les villes nigérianes d'Abuja et de Kaduna sont distantes de seulement 200 km. L'insécurité sur le tronçon a conduit les autorités à installer une ligne aérienne. Or cette solution n'aide pas pour autant des commerçants.
  • Rester en exil ou rentrer ? Le dilemme des réfugiés burundais 13 février 2020
    Depuis que le parti au pouvoir au Burundi l'a choisi comme son candidat à la présidentielle, les regards se tournent vers Evariste Ndayishimiye. Certains exilés attendent des gestes clairs avant de décider de rentrer.
  • Bombardements alliés à Dresde, 75 ans déjà ! 13 février 2020
    L'Allemagne commémore ce jeudi 13 février 2020 le bombardement, il y a 75 ans, de la ville de Dresde. Un anniversaire marqué par des tentatives d'instrumentalisation de l'extrême droite.