512 milliards gnf de budget : « 92% du montant est destiné aux dépenses du personnel » (Bachir Diallo, ministre Sécurité)

Le général à la retraite est le troisième ministre du Gouvernement de la transition a être sur le plateau de la RTG au compte de l’émission  » On fait le point ».

Le ministre de la Sécurité et de la protection civile Bachir Diallo a répondu aux questions des journalistes sur l’orientation et la gestion du budget annuel reçu par son département.

Avec des réalisations comme la rénovation du ministère, l’achat des ambulances, la construction du commissariat de Dabola et autres, ce militaire reconnaît que beaucoup restent à faire à cause du [maigre] budget alloué à son département. 

C’est un exercice qui rentre dans le cadre de la reddition des comptes, devant mettre fin à la fraude, à la corruption et aux détournements des derniers publics.

Depuis le lundi, 21 novembre, ces membres du Gouvernement de la transition ont entamé cet exposé qui consiste à communiquer sur le bilan notamment sur des projets déjà réalisés, ceux en cours de réalisation mais  aussi des défis à relever.

«Vu que le montant était faible, l’intervention du Chef de l’État nous a permis de financer certains grands projets du ministère de la sécurité et de la protection civile dans ce qu’on appelle les dépenses politiques. Cela nous a permis d’avoir des moyens de communication pour des services de police et de protection civile qui n’en disposent pas. Ça nous a également permis de réaliser l’œuvre phare, la construction du commissariat de Dabola. Ajouter ça, la rénovation des bâtiments du ministère, l’achat des ambulances (…)», a mentionné le ministre. 

Avec cinq cent douze milliards comme budget reçu par le département de la sécurité et de la protection, 92% de ce montant est destiné aux dépenses du personnel. Ce budget annuel que le ministre Bachir plaide pour le rehausser à partir de l’année dernière, a permis selon lui de faire le minimum en termes de réalisation de leurs objectifs. 

« Nous sommes sur une bonne voie et on a fourni de gros efforts pour emmener la police à produire tous les biens et services, mais il faut reconnaître qu’il y a un effort à faire. Et je pense que l’année prochaine sera une année de la véritable mise en œuvre et de réalisation de nos objectifs dans le cadre de la protection des biens et services. Ce n’est pas du jour au lendemain que nous allons régler tous les problèmes d’insécurité en Guinée. Mais je suis confiant que l’année à venir, avec les nouvelles ressources que nous allons avoir, il y aura plus de résultats. C’est pourquoi notre plus gros défi c’est comment avoir des moyens. C’est-à-dire arrivée à un budgets équilibré entre investissements et dépenses personnelles, mais il ne faut pas mentir aux citoyens, car il y a encore beaucoup d’efforts à faire», a reconnu le ministre Bachir. 

Sâa Robert KOUNDOUNO

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.