Trump met fin à la séparation des familles de migrants

Le président américain Donald Trump a signé un décret pour éviter la séparation des familles de migrants ayant franchi illégalement la frontière avec le Mexique.

L’administration américaine est sous le feu des critiques, tant au niveau national qu’international, alors que plus de 2.300 mineurs ont été séparés de leurs parents en cinq semaines.

Trump va « signer un décret »
« Nous voulons que les familles restent ensemble. C’est très important », a affirmé M. Trump lors d’une rencontre avec des élus républicains à la Maison Blanche. « Je vais signer un décret dans un petit moment », a-t-il poursuivi, sans autres précisions sur le contenu exact de ce texte.

C’est désormais chose faite.

Défense de la loi
Le président et son équipe répètent depuis plusieurs jours qu’ils ne font qu’appliquer la loi et que seule une modification de cette dernière par le Congrès permettrait de mettre fin aux séparations très critiquées, aux Etats-Unis mais aussi à travers le monde.

Initiative à la Chambre
Un peu plus tôt mercredi, le chef des républicains à la Chambre des représentants Paul Ryan avait annoncé qu’il soumettrait au vote jeudi une loi mettant un terme aux séparations de familles de migrants franchissant illégalement la frontière et « résolvant » le statut des jeunes arrivés sans papiers aux Etats-Unis.

La Chambre votera jeudi

« Nous ne pensons pas que les familles doivent être séparées, un point c’est tout », a martelé Paul Ryan après sa rencontre la veille avec le président Donald Trump dont la politique de « tolérance zéro » a provoqué cette situation. Les républicains sont majoritaires à la Chambre mais cette loi devra, pour être approuvée, passer ensuite le Sénat où leur majorité est très fragile (51-49).

« Les familles resteront ensemble »
« Avec notre loi, quand les gens seront poursuivis pour avoir franchi illégalement la frontière, les familles resteront ensemble pendant toute la procédure légale, sous l’autorité de la Sécurité intérieure », a poursuivi M. Ryan.

Prise en charge des familles
Le projet de loi prévoit un financement supplémentaire pour que le ministère de la Sécurité intérieure puisse « loger et prendre soin de ces familles pendant tout le processus ».

« Appliquer nos lois sans briser des familles »
« C’est évidemment quelque chose dont nous avons parlé hier (mardi) avec le président et j’espère que nous pourrons l’approuver demain », a ajouté Paul Ryan. « Nous pouvons appliquer nos lois sur l’immigration sans briser des familles », a-t-il encore lancé. La Maison Blanche « veux que le Congrès agisse et nous le faisons ».

Sort des « Dreamers »
D’autre part, ce projet de loi comprend une solution pour le statut des centaines de milliers de jeunes arrivés sans papiers dans le pays, les « Dreamers », en suspens depuis des mois, a-t-il affirmé sans plus de précision. Le texte « résout » le statut de ces jeunes « et résout de nombreuses parties défaillantes » de la législation sur l’immigration, a-t-il encore indiqué.

Bilan de la « tolérance zéro »
Depuis l’annonce de la politique américaine de « tolérance zéro » début mai, 2.342 enfants et jeunes migrants ont été séparés de leurs familles (du 5 mai au 9 juin), fuyant pour la plupart la violence qui ronge l’Amérique centrale.

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.