72 heures du livre : dernière réunion préparatoire de la 13è édition

Print Friendly, PDF & Email

Une dernière réunion préparatoire de la 13ème édition des 72 heures du livre s’est tenue ce vendredi 16 avril 2021 au point de lecture du Jardin du 02 Octobre à Conakry. Organisée sous le thème « Covid-19 en Guinée : la place des femmes, de la jeunesse et de la paix dans le pays dont nous rêvons », cette 13ème édition des 72 heures du livre se déroulera les 23, 24 et 25 avril à Conakry. Au programme, des expositions, dédicaces, signatures, tables-rondes, ateliers, conférences-débats et des projections ; le tout dans le respect strict des mesures barrières.

Selon Sandy Kaba Diakité, Directeur Général de la maison d’édition ‘’L’Harmattan Guinée’’ et organisateur de l’évènement, à situation exceptionnelle, il faut des mesures exceptionnelles.

« A situation exceptionnelle, il faut des mesures exceptionnelles. Donc pour l’année 2021, nous aurons un salon plus virtuel, un salon à 80% en distanciel.  Il y a peu de présence au niveau des stands, au niveau des sites, mais nous allons nous appuyer sur les médias, sur les réseaux sociaux pour que le plus de Guinéens, d’Africains et d’Européens puissent regarder ce salon du livre. Nous sommes à une période difficile de la vie des nations, la Guinée ne fait pas exception. Donc, on nous a autorisés à faire cette 13ème édition mais avec les mesures barrières. Nous allons le faire dans le respect strict des mesures barrières. L’ANSS a fait un protocole. Ce protocole, on va commencer à le dérouler dès le lundi pour permettre aux participants de se munir de leur test pour accéder au site du salon, aux exposants, aux invités, mais nous savons que le maximum aujourd’hui des professionnels du livre, des professionnels de la culture, nous nous sommes fait vacciner pour la cause, on a eu la première dose, on a eu nos rappels donc nous espérons qu’on fera un salon sécurisé avec les mesures barrières », explique-t-il. 

Pour l’ex-Premier ministre, Ahmed Tidiane Souaré, il faudrait absolument procéder à un boost de la lecture dès le bas âge, depuis l’école primaire.

« La faiblesse intellectuelle de notre jeunesse s’explique par ce déficit de lecture, ce déficit de culture. Vous savez bien que la lecture est nourricière de la culture. Lorsque vous lisez vous apprenez, vous comprenez comment les autres écrivent, vous comprenez ce qui a été décrit, vous revenez à vous-même, à votre existence, à vos traditions, à votre histoire. Et lorsque vous accusez un déficit depuis le bas âge, depuis l’école primaire de lecture, cela se ressent et vous poursuit toute votre vie à travers même vos carrières. Et je pense qu’il faut restaurer ce que je peux appeler la mystique de la lecture pour que les enfants dès le bas âge ils apprennent à lire. Pour qu’ils le fassent, il faut qu’ils aiment la lecture et pour le faire, il faut absolument procéder à un boost de cette discipline », estime-t-il.

À noter que cette 13ème édition des 72 heures du livre se tiendra sur plusieurs sites, dont le Chapiteau du Jardin du 02 Octobre et les points de lecture de la capitale.

Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.