A Bissau, Embaló revient sur l’incident d’Accra : « je voulais que les autres chefs d’Etat m’accompagnent »

Print Friendly, PDF & Email

De retour à Bissau après la 59è session ordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Umaro Sissoco Embaló est revenu sur sa position sur la signature samedi, à Accra, de l’accord de coopération militaire entre la Guinée et le Sénégal.

Le président de Guinée-Bissau indique que les statuts de l’institution interdisent à un pays de fermer unilatéralement ses frontières avec ses voisins.

« Sur la fermeture des frontières, ma position a été claire. Les statuts de la CEDEAO interdisent qu’un pays ferme unilatéralement ses frontières. Mon frère président de la Guinée-Conakry a fermé ses frontières avec la Guinée-Bissau, le Sénégal et la Sierra-Leone. Ce sont des pays en guerre qui signent des accords de cessez-le-feu. C’est dans un pays où il y a une pandémie, une épidémie comme Ebola, qui doit fermer ses frontières. Je n’ai pas compris la signature de l’accord de coopération militaire entre la Guinée et le Sénégal. Je voulais que les autres chefs d’Etat m’accompagnent dans ce sens », a souligné Umaro Sissoco Embaló.

Lors de sa prise de parole au sommet ordinaire des chefs d’État de la CEDEAO, Umaro Sissoco Embaló a soutenu qu’Alpha Condé n’avait pas le droit de fermer les frontières.

Sadjo Bah

2 Commentaires
  1. SAAM 6 mois il y a
    Repondre

    Bonjour,
    Lorsque Ambalo dit « Je voulais que les autres chefs d’Etat m’accompagnent dans ce sens », il montre combien de fois il est naïf dans le domaine politique.
    Un tel accompagnement se prepare en coullisse dans un sommet. Même cette preparation ne peut toujours pas reussir surtout quand tu dois accompagner un VIEUX LION qui a été prié pour participer à ce sommet pour la signature de cet accord.
    Ambalo pensait que la CEDEAO allait prendre une decision commune pour la fermetutre de toutes les frontières (Guinée – Sénégal et Guinée – G Bissau) pour ouvrir sa frontière sans son engagement auprès des autorités guinéennes pour négocier lui même la réouverture de la frontère entre Guinée Conakry et Guinée Bissau.
    Il etait surpris de voir que le dossier qui etait sur la place ne parlait que de la réouverture de la frontière entre Guinée et Sénégal.
    Maintenant ta naïveté fait que le Sénégal et la Sièrra Léonne sont venus rencontrer directement rencontrer les autorités Guinéennes pour la réouverture de leurs frontières respectives.
    Sauf erreur de ma part, je ne me rappelle pas encore une decision de fermeture de frontière qui se negocie avec avec le pays voisin.
    Ambalo pense que la CEDEAO a la possibilité d’obliger la Guinée à réouvrir sa frontière avec la Guinée Bissau.
    Même la decision finale du sommet a affirmé que  » La Guinée et la Guinée Bissau doit poursuivre les efforts pour la réouverture de leur frontière ».
    Cela veut dire que seul un accord entre les deux pays permet d’ouvrir leur frontire et rien d’autres.

    => Lorsque le Senegal a fermé ses frontères avec la Guinée pour cause d’Ebola, qui lui a fait la reproche ?
    => Lorsque le Maroc a fermé ses frontères avec la Guinée pour cause de COVID, qui lui a fait la reproche ?
    => Lorsque la France à suspendu les vols de a compagnie AIR France avec la Guinée, qui lui a fait la reproche ?

    Pour cette demarche de réouverture, comme pour Freetown et Dakar, La Guinée et son Président PRAC sont sereins et attendent la Guinée Bissau et Ambalo à Conakry.

    • Mory 6 mois il y a
      Repondre

      Merci SAAM pour ce petit rappel à Mr Ambalo
      Il montre à présent que le président de la Guinée à raison pour sa fermeture de frontière terrestre avec son pays. Sauf erreur de ma part lors de l’élection passé en Guinée il a montré sa position qui n’était pas favorable pour le Prof Alpha Condé qui s’ajoute à ses conflits.
      Ambalo c’est toi qui cherche la réouverture des frontières donc c’est à toi de faire un pat vers ton papa politique comme l’a fait le Sénégal et la serra leone.
      La guinée d’Alpha Condé, de Moussa Dadis Camara, de Lanssana Conté et de Sékou Touré reste et demeure indépendant sur ces décision.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.