A propos de Kabinet Sylla Bill Gates, le moi et les faits (Mognouma Cissé)

Cela fait déjà près de deux mois, 55 jours pour être précis, depuis que Kabinet Sylla a été mis sous mandat de dépôt à la maison centrale de Conakry.

Les faits à lui reprochés sont un générique griefs et d’actions judiciaires concernant notamment les anciens dignitaires du régime déchu. Plutôt concernant les proches collaborateurs d’Alpha Condé, ancien Président de la République.
A cet effet, Il est inutile de les rappeler, tellement que les oreilles des Guinéens les ont entendus depuis des mois.

De toute évidence, le patron de Djoma group, loin de la chaleur familiale et de celle professionnelle auxquelles il s’abreuve en ces occasions spéciales , et également privé de liberté , est contraint de fêter le nouvel an entre les quatre murs très exigus et anxiogènes de la maison centrale.

Le séjour à cet endroit de supplice et de la déprime, quand on est convaincu de son innocence, est insupportable.

Bill qui est convaincu de son innocence, car ayant longtemps attendu, mais en vain, d’être convaincu du contraire, devrait en souffrir dans sa chair et dans son âme.

Dans les faits, l’accusation a toujours été déconstruite , quoique nourrie par les préjugés qui le condamnent, hélas !

Depuis plus d’une année, les va-et-vient de l’enquête préliminaire à la CRIEF, n’ont permis de trouver la moindre once d’une preuve de culpabilité.

Par contre, à cause de l’obsession à soutenir ses accusations, s’empilent les pas de clercs de l’accusation. Donc des impairs judicaires au préjudice de la volonté unanime sollicitée de construire la vraie justice sur les ruines de celle qui a condamné des innocents, méprisé les droits fondamentaux à la présomption d’innocence .

Pour preuve, selon nos informations, l’enquête préliminaire à la Direction des investigations de la gendarmerie et celles rondement menées par la CENTIF ont conclu à un non-lieu.

Le plus grand reproche qui sert de prétexte à l’envoi de Kabinet Sylla en prison, c’est le fait de dire qu’il se serait enrichi « illégalement » sous l’ère Alpha Condé.

Ceux qui ont revisité son parcours , pour le moins inspirant , peuvent en rigoler .

En réalité , il s’est construit tout seul, cela depuis plus de trois décades.

Autodidacte, Bill , de son petit diminutif, a forgé son destin . Il a pris la revanche sur la vie. La réussite par le prisme des échecs successifs.

De par ces efforts, avec un style tout en sobriété, le PDG de Djoma a amassé des fortunes. Cela encore, bien avant de s’enticher avec Alpha Condé.

Ce sont là les faits à l’intention de l’homme du 05 septembre, qui clame ne pas souhaiter reproduire les erreurs du passé dans sa gestion.

Monsieur le président, vous êtes interpellé pour éviter une perspective qui risque d’être celle du péril. Ce sera la haine et le règlement de compte qui vont se perpétuer à cause du sentiment d’injustice qui résiste au temps et aux engagements d’apparence sincère.

Mognouma

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.