A toi Pounthioun une pensée pieuse (Boubacar Yacine Diallo)

Print Friendly, PDF & Email

Pounthioun, tu as choisi de quitter ce monde au moment même où je m’apprêtais à te rendre visite dans ton lit de malade.

Il y a quelques jours encore tu m’appelais pour me redire que tu étais toujours hospitalisé à l’hôpital régional de Kindia, après un long et infructueux traitement à Kérouané.

Et comme je venais à Kindia pour y passer mes congés, j’avais alors promis de te rendre visite et au retour de Conakry d’évoquer ton cas pour recommander une assistante plus soutenue. Dieu en a décidé autrement.

J’ai lu les témoignages inégalés de Tibou Kamara, d’Abdoulaye Condé et de Moise Sidibé. Avec une tristesse éprouvante.

Eux te connaissent mieux que moi. Même si je peux revendiquer le respect que tu as eu pour le grand frère et l’immense admiration que tu portais au journaliste que je suis.

Je me souviens, un jour, alors que je poursuivais mon investigation sur les déchets toxiques de Kassa tu m’as dit : « grand frère, j’ai peur pour toi ; tu prends trop de risque. Arrête cette enquête ! » Après un bref sourire je te dis « Qui peut protéger plus que Dieu ? ». A ton tour tu me dis : « Dieu est grand !»

Je me souviens également du jour où tu étais passé me féliciter pour ma nomination comme président du Conseil National de la Communication en 2005, cinq ans après ma démission de la direction générale de la radiotélévision publique. Ce jour-là tu m’as dit : « Doyen, la patience a payé. »

La dernière fois que je t’ai vu, c’était à Sekhoutoureya à l’occasion d’un déjeuner que le président de la République avait offert à la presse. Le ministre Tibou Kamara a regroupé quelques journalistes en difficulté autour du professeur Alpha Condé, parmi lesquels Nafiou et toi-même. Tu portais un caftan couleur indigo et tu n’étais pas très en forme. Je t’ai vu parler directement au Chef de l’Etat comme deux proches.

Depuis, je n’ai eu de tes nouvelles que très récemment et par toi-même au téléphone m’annonçant ta longue et difficile maladie. Hélas qui a fini par remporter.

Je retiendrai pour toujours l’image de ton sourire intarissable et ton sens du pardon.

Repose en paix !

Boubacar Yacine Diallo, journaliste-écrivain

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.