Abandon des MGF en Guinée : le SGAR sollicite l’aide des partenaires techniques et financiers

Print Friendly, PDF & Email

La salle de réunion du Fond de Développement Social et de la Solidarité a servi de cadre ce vendredi, 19 février 2021, pour la présentation du « Projet d’agenda de l’atelier de mobilisation des ressources pour la  mise en œuvre de la stratégie d’intervention des leaders religieux pour l’abandon du MGF. »

Devant les partenaires techniques et financiers à savoir UNICEF, UNFPA et la représentante de l’ambassade de Royaume-Unis, le Directeur Général adjoint du bureau de stratégie et de développement, point focal du MGF/SGAR, Aboubacar Sidiki Nabé a décliné le but de cette rencontre en ces termes :

« Il était question d’inviter les partenaires techniques et financiers de la Guinée, autour de cette stratégie pour que chacun voit ce qui est en rapport avec sa mission en République de Guinée pour qu’ils puissent appuyer les efforts du gouvernement dans le cadre de l’abandon des MGF en Guinée (…) Les objectifs d’ici 2023, c’est de faire en sorte qu’il ait beaucoup de leaders musulmans et chrétiens qui prêchent pour qu’il ait l’abandon de toutes les violences sur le genre à savoir les mariages d’enfants, la mutilation génitale féminine et l’abandon du viol et le travail des enfants au niveau de certains Karamokos », a-t-il expliqué.

Pour sa part, le chef de cabinet du secrétariat général des Affaires religieuses a profité de cette occasion pour réaffirmer l’engagement de son département à œuvrer constamment dans le cadre de la promotion de l’abandon des mutilations génitales féminines. Ceci, dira-t-il, en collaboration avec tous les acteurs concernés.

« La question de la protection des femmes et des enfants est une prescription divine. Donc une obligation pour tout religieux, car Dieu Le Tout Puissant accorde un grand respect pour les femmes. C’est dans cette dynamique que mon département a adopté une stratégie d’intervention des leaders religieux pour la promotion d’abandon des MGF pour la période 2019-2023 (…) L’objectif stratégique poursuivit est qu’au moins, 80% des leaders religieux chrétiens et musulmans soient favorables à l’abandon des MGF/E et participent régulièrement aux actions de promotion d’abandon de cette pratique. »

Poursuivant,il diraqu’un montant de « 4 775 000 000 GNF doit être mobilisés pour accélérer la mise en œuvre de cette stratégie. La contribution de mon département s’élève a 605 000 000 GNF soit 7,89%. Pour accroitre d’avantage notre contribution, j’ai pris l’engagement lors de la séance de plaidoyer organisé le mercredi, 11 février 2020 par les membres de l’équipe focale MGF de mon département de mener des démarches afin de créer une ligne budgétaire MGF au niveau du SGAR », a martelé Abass Touré.

Présent dans la salle, Fara Djiba Kamano facilitateur, a présenté de façon graduelle les résultats de l’enquêtes en rapport avec les MGF.

« Ce qui est paradoxale avec ce sujet, c’est que ce n’est pas comme le palu et les autres. Ici, quand on est excisé, on l’est à vie. Ce qui veut dire que  même après 10 ans. Mais quand on regarde le taux de prévenance de 2012, ça donne l’impression que le taux à drastiquement diminué. C’est là où on est beaucoup plus heureux. En 2012, on était avec un taux de prévenance de 45,5%, des filles de la tranche d’âges de 0 à 14 ans qui sont excisées. Et selon le rapport de l’EDS de 2018, nous sommes à un taux de 39% des filles de 0 à 14 ans excisées, ça aussi c’est de l’effort », a présenté Kamano.

Les partenaires techniques et financiers qui ont répondu à cette invitation ont chacun réaffirmé leur volonté d’accompagner le secrétaire général des affaires religieuses, tout en appréciant fortement la démarche. Et pour finir, ils ont promis de remonter toutes les informations et de faire un compte rendu fidèle en vue d’analyser la demande.

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.