Abdoulaye Fadiga, SG de l’ARENA : « je pense que c’est possible de gouverner autrement avec Kassory »

Print Friendly, PDF & Email

Le secrétaire général de l’Alliance pour le Renouveau National (ARENA), formation politique dirigée par l’ancien ministre Dr Sékou Koureissy Condé, a ouvert son cœur ce lundi, 18 janvier à Mediaguinee. Au cours d’un entretien qu’il nous a accordé, Abdoulaye Fadiga a abordé plusieurs sujets relatifs à l’actualité sociopolitique du pays.

Mediaguinee : M. Fadiga, vous avez décidé de mener un combat aux côtés de Sékou Koureissy Condé parmi tant d’autres formations politiques en Guinée. Pourquoi le choix de l’ARENA ?

Abdoulaye Fadiga : J’avoue que le choix de ce parti se justifie par le leadership de son président, en la personne de Dr Sékou Koureissy Condé, sa vision éclairée pour le développement national, sa philosophie ou l’idéologie du parti basée sur la paix et le développement social. Le choix est justifié par ces mots que je viens de citer. Le leader du parti ARENA a choisi les jeunes. Pendant que les autres partis demandent l’expérience, Dr Koureissy dit ‘’ je veux une autre génération de jeunes politiques’’. Donc, il a fait appel aux jeunes et aux femmes.

Quel est le niveau d’implantation de votre parti en Guinée et à l’étranger ?

« En ce qui concerne le niveau d’implantation, d’abord j’ai été le secrétaire à l’implantation avant d’être élu secrétaire général. La stratégie adoptée au sein du parti ARENA, c’est de la base au sommet. Donc, on a tout de suite pensé d’abord à la voix des sans voix. C’est-à-dire les districts, les sous-préfectures et les préfectures. Aujourd’hui, au moment où je vous parle, nous sommes implantés dans les 8 régions administratives du pays, y compris la zone spéciale de Conakry. Cela, à travers la stratégie adoptée par le parti. En ce qui concerne notre représentation à l’international, vous n’êtes pas sans savoir que c’est un ancien parti créé en 1993. Donc, le leader Dr Sékou Koureissy est connu sur le plan international. C’est quelqu’un qui se bat pour la paix, l’unité nationale en Guinée et en Afrique. Donc, nous sommes représentés partout en Europe, en Amérique et en Asie. Cela se justifie par les législatives passées. A trois mois des élections législatives, les militants à la base ont décidé d’aller à ces élections. A travers le leadership du président, la stratégie adoptée par le parti, on a pu avoir plus de 49 mille voix ; ce qui a permis aujourd’hui à notre parti d’être représenté à l’assemblée nationale.

Parlant de ces élections législatives, beaucoup de personnes pensent que votre président a monnayé sa conviction pour avoir une place à l’assemblée nationale. Que répondez-vous ?

Je dirai que ces gens n’ont pas compris. Dr Koureissy a toujours demandé aux gens de dialoguer, d’accepter d’aller autour de la table. Un bras de fer ne peut pas construire un pays, il faut accepter le dialogue, la table de négociation est nécessaire. Donc, nous pensons que ce que le peuple veut pour ce pays-là, c’est ce qui nous permettra de connaître le développement. C’est pourquoi, nous avons décidé d’aller aux élections législatives. Ceux qui n’ont pas décidé d’aller avec nous, vous avez vu un peu ce qui se passe maintenant. Ceux qui n’ont pas pensé à aller avec nous aux législatives, se sont retrouvés à la présidentielle. Quel paradoxe ? Nous, on ne va pas commenter cela mais, le peuple de Guinée est en train de dire qui nous sommes.

On a connu monsieur Koureissy Condé dénonciateur du système à un moment donné de l’histoire de ce pays mais, finalement il a changé de veste. Est-ce qu’en prenant position, il ne perd pas sa qualité d’homme de paix ?

Je serais petit à répondre à cette question mais, je sais que le talent de notre président, son niveau intellectuel, il est un peu difficile de répondre à cette question qui concerne Dr Koureissy Condé. Mais, je voudrais vous dire qu’on ne s’est jamais opposé à quoi que ce soit. Le président de la République est le père de la nation, il a entre ses mains la sécurité et les institutions nationales et internationales en Guinée. On peut s’opposer à lui mais, à travers des stratégies. On a toujours demandé à l’opposition de venir à la table de négociation qui pouvait permettre au président de changer sa stratégie qui est le troisième mandat. Il y a eu le référendum et le peuple a été consulté. Donc, je dis non. Il a toujours été un homme de paix. Si c’est le pouvoir qui prône l’intérêt de ce pays, pourquoi ne pas y aller avec lui ? On a des projets sur l’unité nationale, sur l’emploi jeune, si c’est avec Alpha Condé qu’on peut réaliser cela, on ne peut pas nous empêcher de ne pas y aller.

Vous parlez d’unité nationale mais, beaucoup de personnes ont été victimes dans cette affaire de troisième mandat. Il y a eu des morts et des blessés, des hommes politiques jusqu’à présent détenus. Est-ce que vous pensez qu’on peut parler de paix, alors qu’une partie de la population est frustrée ?

La paix est un processus, ce sont des concessions qu’il faut faire du côté de l’opposition et du pouvoir. Dr Koureissy a toujours demandé le dialogue, il faut dialoguer avec le pouvoir. Mais, s’il y a un bras de fer du côté de l’opposition, et que le pouvoir est aussi en train de se battre pour maintenir la paix dans ce pays -là, pensez-vous qu’il n’y aura pas de frustrés ? Nous demandons toujours à l’Etat de venir au secours des innocents, parce que forcément il y a des innocents qui ont été arrêtés, sans oublier aussi les coupables. Mais, il faut qu’il y ait une sorte de négociation entre le pouvoir et l’opposition pour que ces innocents soient libérés.

A vous entendre, on a l’impression que ces gens ont été arrêtés pour des raisons politiques ?

Mais, c’est la justice qui doit faire son travail. Et cela, pour qu’elle soit libre pour faire son travail, il faut d’abord qu’il y ait la paix et de l’unité nationale dans ce pays. Si c’est la pagaille qui continue, est-ce que cela va permettre à la justice de faire son travail ? Donc, laissons à la justice son travail.

L’actualité, c’est aussi la reconduction du Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana à la primature par le président de la République. Comment appréciez cette décision d’Alpha Condé ?

On ne change pas une équipe qui gagne. Dr Kassory est l’un des meilleurs premiers ministres que la Guinée a connus. Dr Kassory est un homme de paix. Et, je pense que Alpha Condé ne s’est pas trompé.

Est-ce que vous pensez que c’est possible de gouverner autrement avec les mêmes personnes ?

Le concept ‘’gouverner autrement ‘’, ce sont les mêmes personnes. C’est une ligne de conduite, c’est un cahier des charges. Gouverner autrement, ce n’est pas seulement le gouvernement, c’est aussi nous les citoyens à la base. C’est de changer de comportement. Je pense que c’est possible de gouverner autrement avec Kassory. Je ne suis pas pour que 90 pour cent des ministres soient reconduits. Moi, je préfère une équipe technocrate qui peut nous aider à relever les défis de ce pays, aider la jeunesse à avoir l’emploi. Il faut une équipe compétente et technocrate qui va nous aider à favoriser l’employabilité des jeunes.

Est-ce que vous avez lu le livre de l’ancien ministre Ibrahima Kalil Konaté qui parle de l’arrestation d’Alpha Condé ?

Oui, j’ai bien lu ce livre. K2 au lieu d’écrire un livre, il faisait sa promotion. Pourquoi attendre plus de 20 ans pour publier ce livre ? L’Union mandingue s’est déplacée pour aller rencontrer Dr Koureissy par rapport à cette situation pour lui dire de ne rien dire parce que le prof Alpha Condé a déjà répondu en arrêtant la vente de ce livre.   

Est-ce que Dr Koureissy Condé a joué un rôle dans l’arrestation d’Alpha Condé ?

Pas du tout ! Je réponds la question à la place de Dr Condé ; il m’a plusieurs fois expliqué et j’ai vécu cette histoire parce qu’on était là. La première des choses, Alpha Condé a été arrêté par les militaires. A l’époque, Dr Koureissy était le ministre de la Sécurité, ce n’est pas lui qui contrôlait les militaires. Jusque-là le prof Alpha Condé reconnaît cela. Il a été arrêté et conduit dans un camp militaire. Dr Koureissy n’est pas mêlé de près ou de loin à cette arrestation. C’est pourquoi, il est consulté par le prof Alpha Condé dans le cadre de la paix et l’unité nationale. En publiant ce livre, il a fait la promotion de Dr Koureissy et de Kassory Fofana.

Après sa prestation de serment, Alpha Condé a tendu la main à tous les acteurs qui peuvent contribuer au développement de ce pays. Le président de l’UFDG refuse jusque-là cette main tendue du chef de l’Etat. Comment comprenez-vous cette attitude du leader du principal parti de l’opposition ?

Il faut qu’on essaie de réfléchir beaucoup. Nous avons toujours demandé le dialogue et cela à chaque occasion. Donc, pour l’intérêt de ce pays-là, quand on tend la main pour venir aider à développer ce pays, à diriger ce pays, je crois que le président de l’UFDG devrait répondre à cette main tendue sans contrepartie.   

Entretien réalisé par

 Mohamed Cissé   

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.