Connect with us

Politique

Aboubacar Siddighy Diallo prévient Dalein et Sidya : ‘’celui qui prétend nous éjecter doit réfléchir plusieurs fois avant d’entamer’’

Published

on

C’est une révélation que certains partis politiques de l’opposition ont fait ce jeudi, 19 septembre à l’encontre du chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo et le président Sydia Touré de l’UFR, à l’occasion d’une conférence animée à la Maison de la presse.

Le président du parti (UMP), Aboubacar Siddighy Diallo a indiqué que lorsqu’ils ont reçu la lettre les invitant à participer aux consultations dirigées par le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, ils ont demandé au chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo d’organiser une rencontre d’urgence afin d’en parler, le président de l’UFDG n’a pas voulu.

Le président de l’UFR a quant à lui, empêché les membres de l’opposition d’en parler au Cours d’une de leur rencontre.

« Nous avons voulu ouvrir le débat au sein de la classe politique à laquelle nous appartenons. Sur notre plateforme d’information, on a plusieurs fois appelé une assemblée générale d’urgence pour prendre des décisions afin de revoir notre position. Et, le chef de file de l’opposition n’a pas voulu appeler une rencontre de l’opposition. À notre surprise, il a appelé une assemblée générale de l’opposition plurielle où il y a d’autres alliances encore. Quand on s’est rencontrés là, parce que pour nous c’était de débattre toutes ces questions. Sidya Touré nous a dit qu’Elhadj  Cellou Dalein l’a appelé pour dire que le seul ordre du jour, c’est de partager les informations. Lorsque le débat a commencé et que l’opinion partait vers le sens qu’il ne voulait pas entendre, il a tout de suite arrêté le débat. Il dit qu’on lui a dit échanges d’informations point barre. Qu’il se n’attendait même pas à la présence de la presse parce que pour lui, il n’y pas de prise de décision. Si on arrive à ce point aujourd’hui, c’est parce qu’il n’y a pas de débat. Alors, s’il n’y a pas de débat, chaque parti s’est référé aux injonctions de sa base.  Nous, on a écouté nos bases qui nous ont mandatés d’aller écouter le Premier ministre et de faire passer ce que nous n’avons pas compris. Pour nous, ce n’est pas au FNDC de défendre cette opinion. Ce n’est pas un parti agréé qui ne veut même pas voir d’autres partis agréés qui va défendre ça (…) Créer une autre alliance ou pas, pour le moment ça n’a pas été l’objet de notre réflexion. Nous sommes dans l’opposition républicaine, nous avons une majorité confortable pour être toujours à l’opposition républicaine. Je pense qu’à ce niveau-là, celui qui veut prétendre nous éjecter doit réfléchir plusieurs fois avant d’entamer », a-t-il dit.

Mohamed Cissé

+224 623-33-83-57

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook