Aboubacar Soumah à Mediaguinee : ‘’je n’ai pas peur d’être arrêté. Je suis syndicaliste’’

Print Friendly, PDF & Email

Malgré la menace du gouvernement de bloquer les salaires du mois de févier de tout enseignant qui ne reprend pas le chemin de l’école à partir de ce lundi, Aboubacar Soumah et Cie ont encore défié l’Etat, en boudant les salles de classe.

Interrogé sur la question, le désormais secrétaire général contesté du SLECG a confié à Mediaguinee qu’aucun enseignant ne va reprendre le chemin de l’école avant la satisfaction des revendications.

“Je n’ai pas peur d’être arrêté. Je suis syndicaliste. Le syndicaliste n’a pas peur d’être arrêté. Dans un pays qui ne respecte pas les principes démocratiques, c’est dans ce pays-là où on arrête les syndicalistes, mais dans un pays de droit, on arrête jamais un syndicaliste. Parce que le syndicat agit conformément à la loi. Donc, je n’ai pas peur”, a réagi Aboubacar Soumah.

Le droit de grève est consacré par notre constitution, a rappelé le principal meneur de la grève des enseignants. “Donc si un enseignant est en grève et qu’on affirme qu’on va faire ceci ou cela, c’est que c’est de l’intimidation. C’est une preuve éloquente aujourd’hui. Allez sur le terrain, vous allez observer si les enseignants ont répondu malgré les intimidations”, se vante-t-il.

Parlant de la décision du gouvernement de bloquer le salaire de tout enseignant gréviste, M. Soumah de hausser le ton : “on attend qu’ils [les membres du gouvernement, ndlr] mettent en œuvre leur décision”.

Elisa Camara  

+224 654 95 73 22

 

3 Commentaires
  1. Doudou 2 ans il y a
    Repondre

    Bonjour les dégâts ,toujours en avant dans les conneries;à cette allure un troisième larron viendra bientôt mettre de l’ordre en Guinée pour moins de désordre et pour plus de développement.Les syndicats ont depuis 50 ans miné notre pays.

  2. Amos 2 ans il y a
    Repondre

    Le problème, c’est le gouvernement qui n’est pas sérieux. C’est très clair. Le gouvernement aurait pu prendre ses responsabilités pour débloquer la situation que de passer tout son temps à mépriser Mr. Aboubacar SOUMAH.
    Le terrain a bel et bien prouver que SOUMAH est bien dans la légalité et est bien légitime et il reste l’interlocuteur avec qui qu’il faut discuter les problèmes des enseignants. Ce que je regrette des fois, c’est que notre presse a souvent une position prise dans le traitement des informations ce qui continue de la décrédibiliser dans notre pays.

  3. SOUMAH de Garges 2 ans il y a
    Repondre

    Vous etes dans le vrai “Amos”. Mais pire, quand vous avez des députés de la mouvance qui avec zèle proclame “Nous voullons la tete de SOUMAH le syndicaliste, nous mettons à prix sa tete”, voyez vous le dégré zéro de la politique? Incarné ici par Mr Damaro député du RPG Arc-en-Ciel?
    Avec des énergumènes de ce genre, pensez vous que la mouvance possède un Bon Gouvernail capable de ramener à la raison toute defaillance du gouvernement? Je dis NON.
    Les enseignants chercheurs constitutent la crème des enseignants. Quand ils te disent “va à droite” consulte les et ils t’expliqueront le pourquoi du comment.
    Non mais c’est dingue çà!
    Un gouvernement composé de diplomés académiques sortis d’Universités Européennes et Nord Americaines, qui n’arrive pas à dialoguer avec des enseignants chercheurs Guinéens? bon sang mais ce gouvernement à peur de quoi? du ridicule? mais celà il l’ont atteint dépuis belle lurette sous la ferule du Chef de l’Etat Alpha Condé. Je vous donne un scoop. Alpha Condé insulte copieusement ses ministres à longueur de temps. Il ne prend pas de gant. Ces derniers baissent la tete. Aucun, je dis bien aucun ne bronche.
    Porototo.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.