”Aboubacar Soumah est frustré parce qu’il n’a rien donné aux enseignants”, dit un responsable de l’USTG

Print Friendly, PDF & Email

Alors qu’il est élu secrétaire général adjoint de l’Union des Travailleurs de Guinée (USTG), Aboubacar Soumah ne s’entend plus avec Abdoulaye Sow, premier secrétaire général de cette centrale syndicale. Le patron du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) a même retiré sa plateforme des activités de l’USTG.

Au cours d’un entretien avec la presse ce mercredi, le premier responsable de communication de l’USTG, Mamadou Saliou Camara a fait de graves révélations sur Aboubacar Soumah.

« Nous sommes signataires de tous les protocoles du SLECG, depuis qu’on n’était même pas encore élus à l’USTG, à commencer par les 40%, leur grève qui avait duré 3 mois, le nettoyage du fichier du corps enseignant. Nous avons affaire à un Monsieur (Aboubacar Soumah) qui ne connait pas la notion de la négociation. Ce monsieur est tout sauf un syndicaliste. C’est un populiste dans le milieu syndical », dit-il.

Aboubacar Soumah a demandé de faire une déclaration pour dire non à la nouvelle constitution, non au 3è mandat. Nous lui avons dit : ”nous ne t’accompagnerons pas”

A l’en croire, le responsable du SLECG n’est pas seulement un homme campé sur sa position, mais celui-là qui associe la politique aux mouvements syndicaux.

« Nous avons essayé de mettre de l’ordre dans la tête de ce monsieur après le congrès quand nous nous sommes retrouvés deux ou trois fois au cours des réunions. Je le dis parce que je le connais, je l’ai pratiqué. Nous avons essayé par mille manières de lui faire comprendre qu’un syndicaliste avant tout c’est la négociation. Et, je pense bien que c’est quelqu’un qui est frustré parce qu’il n’a pas pu faire quelque chose pour les enseignants. Il n’a rien donné aux enseignants.

Il a trahi les enseignants, il a retardé les enfants. Pour lui, il faut toujours aller en grève alors que l’Etat n’est pas l’ennemi. L’Etat c’est un partenaire, c’est lui qui donne. Donc, pour avoir quelque chose avec cet État, il faut aller autour de la table. (…) Il (Aboubacar Soumah) a demandé de faire une déclaration pour dire non à la nouvelle constitution ; non au troisième mandat. Nous lui avons dit, nous ne t’accompagnerons pas, nous ne fermerons pas les banques pour toi à cause de la politique », a dit chargé de communication de l’USTG.

Mohamed Cissé

+224 623-33-83-57

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.