Aboubacar Sylla fait le diagnostic de l’enseignement supérieur : « on n’a pas assez d’infrastuctures… »

Print Friendly, PDF & Email

Le Ministère d’État, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Aboubacar Sylla, est revenu lundi 19 avril 2021, sur les maux dont souffrent aujourd’hui les étudiants guinéens, particulièrement ceux de l’université Général-Lansana-Conté de Sonfonia qu’il a visitée après sa prise de fonction.  

Après sa visite au sein de cette université, le Ministre d’État Aboubacar Sylla a souligné ceci : « J’ai visité Sonfonia, j’ai constaté qu’il y a pléthore de personnels, qu’il n’y a pas suffisamment d’infrastructures. Il y a problème de professeurs de rang magistral pour dispenser les cours. Il y a des questions liées à la formation des formateurs. Donc, c’est toutes ces questions-là que nous avons essayé d’examiner. Nous allons trouver des solutions à court à moyen et à long terme. Des solutions à court terme sont en train d’être mises en œuvre déjà à Sonfonia. C’est des choses qu’on a déjà décidées, c’est de transférer une partie des étudiants vers d’autres sites à Kipé-Dadiya. Nous avons déjà plus de 3000 étudiants en Sciences Sociales qui ont déjà quitté et qui ont commencé les cours lundi dernier. Donc la décongestion a déjà commencé.  Nous sommes en train déjà de rénover des amphithéâtres, au moins 10 salles de classe, de construire 4 châteaux d’eau pour l’addition d’eau. », a-t-il fait savoir lors de son passage chez nos confrères de Djoma Groupe dans l’émission « On Refait le Monde »

« Il y a trop d’étudiants dans nos universités. La Guinée n’a pas les moyens de se payer au moins 40 mille étudiants qui rentrent chaque année dans les établissements d’enseignement supérieur. On n’a pas assez d’infrastructures pour ça, on n’a pas assez de professeurs de rang magistral pour cela ou des enseignants professionnels tout simplement pour cela. On n’a pas des ressources financières pour cela. En plus, on n’a pas des débouchés à la sortie pour aborder tout ce monde qui sort des universités…Au niveau des institutions supérieures, le premier  constat pour Sonfonia où au moment où  j’arriverais faisait la Une des journaux tout simplement il y avait des effectifs pléthoriques, parce qu’il y avait beaucoup d’étudiants , ça peut-être c’est une question que nous allons aborder tout à l’heure dans le cadre des Etats généraux de l’éducation qui sont projetés cette année. Ce qui va nous permettre vraiment d’aller vers des réformes en profondeur dans le système éducatif guinéen », a-t-il expliqué.

Pour finir, le ministre en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a promis ceci : « On a des projets. Vous avez dû entendre ce qui est prévu dans l’accord-cadre qui a déjà fait l’objet d’étude. Ça sera dans la deuxième grappe du projet surtout,  après la ligne Coyah-Mamou-Dabola et la rénovation des voies urbaines de Conakry. Les études sont réalisées, donc il s’agit juste d’enclencher  cette deuxième phase-là pour qu’on puisse  voir des universités d’une certaine envergure. »

Mamadou Yaya Barry

622266708 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.