Aboubacar Sylla se paye le FNDC: “s’il n’y avait pas un agenda caché, j’aurais dit qu’ils n’étaient pas sensés”

Print Friendly, PDF & Email

Le leader de l’Union des forces du changement (UFC) et coordinateur de la coalition démocratique pour une nouvelle constitution (CODENOC) dit ne pas comprendre pas pourquoi le front national pour la défense de la constitution (FNDC) s’oppose à l’adoption d’une nouvelle loi fondamentale en Guinée. Aboubacar Sylla qui présidait samedi, l’assemblée générale de son parti, a indiqué que son camp, qui est la CODENOC, n’a jamais compris le fondement même des actions et même de l’existence du FNDC.

« Nous n’avons jamais compris le fondement même des actions et même de l’existence du front national pour la défense de la constitution. Parce que nous ne pouvons pas comprendre que des Guinéens censés, des politiciens qui se disent républicains, des plateformes de la société civile qui se disent défendre les citoyens guinéens et défendre leurs droits, puissent s’opposer à ce qu’on donne la parole au peuple, à ces mêmes citoyens qu’ils sont censés vouloir défendre. Nous ne pouvons pas comprendre qu’on s’oppose à ce qu’un référendum soit organisé, pour que les Guinéens choisissent librement, le mode de gouvernance qui leur convient, que les Guinéens choisissent librement la nature, le nombre et le mode de fonctionnement des institutions qui régissent leur vie, qu’un groupe de personnes s’oppose à cela, je vous l’assure, s’il n’y avait pas un agenda caché, j’aurais dit que ce sont des personnes qui ne sont pas sensées”, a dit le ministre des transports qui pense que les hommes politiques qui sont contre l’adoption d’une nouvelle constitution, veulent créer une “situation insurrectionnelle” pour conquérir le pouvoir.

“La Guinée est le seul pays au monde qui a une constitution qui n’est pas l’émanation du peuple ou au moins une constitution qui a reçu l’onction des représentants du peuple, dûment et légitimement élus, c’est le seul pays au monde. Alors quand j’entends des gens s’accrocher à cette constitution, on caricature le débat, en faisant croire qu’il y a un président de la république qui veut modifier une constitution légitimée par les Guinéens, simplement parce qu’il veut se maintenir au pouvoir, je dis que c’est une caricature, c’est un faux débat. (…) tout ceci veut dire qu’il y a un agenda caché, l’objectif c’est quoi ? Il y a une classe politique qui est en fin de parcours politique, qui se dit c’est 2020 ou jamais pour accéder au pouvoir, qui se dit donc, il faut tout faire pour déstabiliser le pays, créer une situation insurrectionnelle, faire en sorte qu’il y ait une nouvelle transition qui s’ouvre. Ils pensent que c’est dans ce contexte-là seulement qu’ils ont la chance d’arriver au pouvoir. Donc c’est ce qui veut dire privilégier son intérêt personnel par rapport à l’intérêt national”, a déploré le porte-parole du gouvernement.

Depuis 48 heures, le débat fait rage suite à l’annonce par le chef de l’Etat d’un projet de nouvelle constitution. Les opposants réunis au sein du FNDC se disent prêts à déclencher des “actions fortes” pour empêcher ce projet tandis que les partisans regroupés au sein de la CODENOC font flèche de tout bois pour qu’il y ait un référendum.

Thierno Sadou Diallo

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.