Connect with us

A la Une

Abus de biens sociaux et de crédit, faux et usage de faux et blanchiment d’argent : Romain Girbal rattrapé par la justice !!!

Published

on

Fin d’une longue aventure ? La chambre d’accusation de la Cour d’appel de Conakry vient de renvoyer Romain Girbal devant le tribunal de Conakry pour être jugé  des chefs d’accusation « d’abus de biens sociaux et de crédit, de faux et usage de faux et de blanchiment d’argent ». Selon le document parcouru par Mediaguinee, le Français, venu en Guinée sur les traces de son père de général, risque gros s’il est reconnu coupable. Cette affaire qui a fait les choux gras de la presse l’oppose depuis plusieurs mois à l’homme d’affaire guinéen Aboubacar Danfakha. Romain, de travailleur à Tifa à patron de AMR (Alliance minière responsable), était un grand inconnu du monde minier. Mais tenace dans ses opérations, Romain réussit à finalement à embarquer le milliardaire Xavier Niel qui y investira  le 27 mars 2016. Mais aussi Anne Lauvergeon. Mais comment en est-on arrivé là ?

Le topo est simple. Il faut trouver un briseur de glace. Il s’appellera Arnaud Montebourg, ancien ministre français de l’Economie.

Selon nos informations, Romain Girbal, ne serait pas arrivé en Guinée de manière autonome comme il aime le dire mais aurait au fait rejoint les équipes d’une entreprise locale ayant pour mission d’attirer et d’encadrer l’implantation de compagnies étrangères ainsi que d’encourager les investissements étrangers en Guinée. Cette entreprise du nom de « Tifa Guinée » est contrôlée par 3 principaux actionnaires dont un certain Jean-Louis Girbal, qui n’est autre que le père de Romain Girbal. C’est grâce aux ressources de cette société et aux réseaux que celle-ci lui ouvre que Romain Girbal, nommé directeur commercial, commence à établir des relations avec différents acteurs économique en Guinée. Ce dernier se voit d’ailleurs rapidement propulsé cogérant lorsque son père lui accorde une procuration en mars 2012 pour lui transférer ses prérogatives au sein de la société.

En 2012 un audit du cadastre minier était réalisé par KPMG pour le compte du gouvernement Guinéen qui souhaitait évaluer l’effectivité de la gestion des licences minières. Un des gérants de Tifa Guinée, un certain Aboubacar Danfakha, aurait anticipé les conclusions de l’audit (le rapport de KPMG fut rendu en décembre 2012). Il aurait eu l’initiative du développement d’un projet minier dès le début 2012 et aurait entrepris des démarches. Celui-ci aurait introduit Romain Girbal à l’ensemble de son réseau à travers le Centre de Promotion et de Développement Minier (CPDM). Ce monsieur Danfakha aurait mandaté un « démarcheur minier » afin que celui-ci lui fournisse les données géologiques afin de pouvoir compléter les démarches d’obtention de permis et présenter le projet aux investisseurs potentiels.

Après l’obtention de ces données auprès du démarcheur, Romain Girbal aurait alors décidé de quitter le navire sans même prendre le temps d’en informer les gérants. Il aurait utilisé les ressources de l’entreprise ainsi que l’ensemble des informations possédées par celle-ci pour mettre en place son projet personnel.

Ainsi en 2012, Romain Girbal créa ACC (Adventure Capital Corporation) et cela alors qu’il était toujours officiellement co-gérant de Tifa Guinée. ACC se présentait comme propriétaire d’un permis d’exploration pour la bauxite dans la région de Boké en Guinée. Cependant l’autorisation de reconnaissance du site n’a été attribuée qu’en 2013 à la société Diandian Bauxite. Cette société ACC semblait donc n’être qu’une coquille vide permettant à Girbal d’y transférer les ressources qu’il « pillait » à Tifa Guinée. En 2013 il créa la société du nom de Diandian Bauxite afin d’obtenir le permis minier et cela alors qu’il n’avait toujours pas informé Tifa Guinée de la rupture de leur collaboration.

Les conditions d’obtention du permis d’exploration par Diandian Bauxite sont quelque peu floue, d’ailleurs, dans une interview pour un média, Romain Girbal déclarait lui-même : « On crée donc la société en mars 2013 et Mamady [le démarcheur originellement mandaté par Tifa Guinée] va déposer au CPDM, les coordonnées de la zone de Dian-Dian au nord de la Guinée. Sauf que ce qui se passe, c’est qu’au CPDM, ils se sont trompé ou Mamady s’est trompé, peu importe… On a récupéré des coordonnées sur la zone de Boké donc, pas du tout la zone de Dian-Dian. Donc la société qui s’appelait ‘’Dian-Dian Bauxite Investment- SARL’’ a été titulaire d’un permis ». Il semblerait que l’obtention de ce permis ait été plus qu’hasardeuse…

Fin 2013, Romain Girbal aurait quitté la Guinée et cessé de communiquer avec les gérants de Tifa Guinée. Il se trouverait alors à Paris et aurait travaillé dans une entreprise spécialisée dans le commerce de poisson basée à Rungis où il semblerait qu’il n’ait pas laissé un grand souvenir.

Pendant son « séjour » à Paris il semblerait que R. Girbal ait réussi à rencontrer des figures notables et les convaincre de lui faire confiance et de l’accompagner dans un projet minier en Guinée. Parmi elles, Arnaud Montebourg qui aurait servi de figure de proue pour attirer de nombreux investisseurs de renom tels qu’Anne Lauvergeon, ancienne présidente d’Areva, Edouard Louis Dreyfus, président du groupe Louis Dreyfus Armateurs et Allain Mallart, président d’Energipole group.

En 2015, Romain Girbal réapparait en Guinée avec des investisseurs afin de reprendre le permis minier. Il utilise alors une nouvelle société : Alliance Minière Responsable (AMR).

Aboubacar Danfakha, témoin du retour de R. Girbal avec des investisseurs, comprend qu’il a été la victime d’une manœuvre délictueuse de celui-ci pour détourner et voler les ressources de Tifa Guinée. Il décide donc de déposer plainte pour abus de biens sociaux et de crédit, de faux et usages de faux en écritures privées et blanchiment d’argent.

AMR qui se targue d’avoir au sein de son conseil d’administration des grands noms tel qu’Anne Lauvergeon, ancienne patronne d’Areva, ainsi que l’armateur Edouard Louis-Dreyfus peut-elle longtemps respirer santé ? La bataille judiciaire en cours risque de déplumer la société. Les comptes sont nombreux…

In la presse

NB: Mediaguinee a effectivement parcouru le document de justice qui relate les faits tels que diffusés par d’autres organes de presse. Nous reviendrons sur le dossier.

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook