Connect with us

A la Une

Accord Gouvernement-SLECG : voici les 12 points contenus dans le protocole d’accord…

Après trois mois de bras de fer, le Gouvernement et le Syndicat libre des enseignants libre et chercheurs de Guinée (SLECG) sont parvenus la nuit dernière à un accord qui met ainsi fin à la grève dans le secteur de l’éducation. Les deux parties ont tablé sur 12 points dont le dégel exceptionnel des salaires des enseignants, l’assainissement du fichier des fonctionnaires enseignants dont les économies seront affectées sur le salaire de base, la construction de logements sociaux. La principale revendication portant sur les 8 millions de francs guinéens ne figure pas dans ledit protocole….

1-      Le dégel exceptionnel des salaires des enseignants pendant la période de grève, octobre, novembre et décembre 2018 ;

2-      La création à compter du lundi 21 janvier 2019, d’une commission mixte gouvernement-SLECG-USTG en vue de procéder à l’assainissement du fichier des fonctionnaires enseignants. Les économies réalisées après cet assainissement seront affectées sur le salaire de base sans aucune incidence financière et sans que cela ne traduise une augmentation de la masse salariale. Les modalités de répartition en seront décidées en commun accord avec les acteurs concernés. Le gouvernement mettra à la disposition de cette commission les ressources nécessaires pour la réalisation de cette opération ;

3-        Le rétablissement des enseignants mutés ou demis de leurs fonctions pour fait de grève dans les institutions d’enseignement supérieur et du ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation ;

4-      L’engagement à la fonction publique des dix enseignants homologués de l’Université de Kindia ;

5-      Le virement automatique des salaires après les opérations d’assainissement du fichier de l’enseignant. En attendant, on fait recours au billetage pour faciliter les vérifications et le contrôle physique des enseignants.

6-      Le déblocage de prêt bancaire des enseignants ;

7-      Dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie et de travail des fonctionnaires, le gouvernement a initié un vaste programme de construction de logements sociaux dont la priorité sera donnée aux enseignants, aux médecins et aux magistrats.

8-      Le respect des libertés et droits syndicaux ;

9-      La poursuite du paiement des 40% de l’augmentation de salaire accordés aux enseignants qui doivent faire valoir leur droit à la retraite à compter du 31 décembre 2017.

10-   La mise en place d’un comité mixte gouvernement USTG-SLECG pour le suivi et évaluation de ce présent protocole d’accord.

11-   Les parties s’accordent que nul ne sera poursuivi ou sanctionné pour fait de grève ;

12-   Le SLECG s’engage à organiser des cours de rattrapage à tous les niveaux pour combler le retard accusé dans le calendrier scolaire ;

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

0 Comments

  1. Denise

    11 janvier 2019 at 9 h 00 min

    Soumah doit se faire petit car tout son bruit n’a servi à rien. Ce que le gouvernement offre était quelque chose de déjà prévu depuis des lurettes

  2. MANZO

    11 janvier 2019 at 11 h 40 min

    Je partage entière le point de vue de la soeur Denise.
    Quand tout ceci mettre à nu la grande médiocrité dans laquelle le système éducatif baigne désormais,on a à quoi se désespérer totalement pour ce pays.Car, le corps des enseignants dans tout pays normé, est une couche d’élite où réflexion et pertinence sont de mise. Mais hélas, celui de la Guinée est simplement devenu le siège à crétins.
    En ce qui concerne cet autre protocole d’accord, j’ai de sérieuses réserves sur son aspect égalitaire.
    Parce qu’il accorde des salaires à ceux qui n’ont fourni le moindre travail méritant durant 3 bons mois,or ceux qui ont eu les mêmes salaires équivalents, étaient obligés d’accomplir plus ou moins 90 jours de travail.
    Alors où se trouve l’équité et le soi-disant travail qui est payé et non le portrait du travailleur?
    Bref, pour parer à tout découragement éventuel dans les rangs de ces braves patriotes et courageux enseignants qui le savaient depuis le départ que ce mouvement anarchique de soumah n’avait aucune pertinence, l’Etat doit impérativement leur octroyer des primes de présence et d’assiduité conséquentes.
    Sinon,l’Etat fera montre d’une injustice caractérisée et d’une irresponsabilité à la prime pour l’anarchie.

    • MANZO

      11 janvier 2019 at 18 h 53 min

      ERRATUM:

      Je partage entièrement le point de vue de la soeur Denise.

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook