Connect with us

Divers

Acculé, Taliby de l’Energie lâche : ‘’pourquoi vous n’attaquez pas EDG ? Moi, je suis le ministre et pas l’exploitant’’

Dos au mur dans l’émission Les Grandes Gueules de la radio Espace fm, le ministre de l’Energie Cheick Taliby Sylla qui parlait sur les délestages de courant devenus récurrents à Conakry s’est finalement trouvé une porte entrebâillée : EDG. Le patron de l’Energie qui avait promis en 2015 que Conakry ne retombera plus dans le noir avec le lancement de Kaléta a mis sur la table la responsabilité de la direction de l’Electricité de Guinée.

» Le contrat de Veolia a été signé dans un programme de redressement du secteur de l’énergie. Il a eu un diagnostic qui a été fait, il y a eu des dysfonctionnements qui ont été établis et la décision qui a été prise de recruter un professionnel pour pouvoir nous aider à redresser le secteur de l’énergie pour 4 ans. Mais comme vous le savez parfois même quand vous m’attaquez, je me fâche, je dis mais pourquoi vous n’attaquez pas l’EDG ? Moi je suis le ministre, je ne suis pas l’exploitant. Moi, je prévois, j’exécute mais je ne gère pas l’EDG. Donc, quand il y a des problèmes souvent, il faut s’adresser à l’EDG, ils ont les meilleurs chiffres », se défend le ministre qui visiblement ne soutient plus d’être souvent traité de menteur dans la presse. ‘’Je ne veux plus qu’après ici que vous me traitiez de menteur’’, a-t-il lancé.

Conakry, la capitale guinéenne, est plongée depuis janvier dernier dans un cycle infernal de ‘’tourou tourou’’. Comme le disait un célèbre écrivain guinéen, le ‘’courant en Guinée saute de poteau en poteau’’.

Elisa Camara

+224 95 73 22

 

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
1 Comment

1 Comment

  1. CONDÉ ABOU

    12 février 2019 at 1 h 56 min

    C’est très malheureux dans ce pays de vouloir toujours confondre investissements et exploitation dans les entreprises publiques d’une part, et responsabilité de l’Etat et celle des dirigeants d’entreprises de l’autre.

    Quand on écrit, même sur internet pour faire observer à certains de nos Chefs de Département ou Chefs d’entreprises, ce qui ne fonctionne pas du tout dans le portefeuille de l’Etat, ils croient que c’est par mauvaise foi, ou parce qu’on leur veut du mal tout simplement, et probablement à cause des places qu’ils occupent. Alors qu’il n’en est rien du tout. Le problème n’est pas du tout à ce niveau.

    Ce qui est valable en termes d’analyse et d’évaluation des contre-performances notoires des Télécommunications et de l’Economie Numérique en Guinée, ou des hôtels actuellement dans le portefeuille public, pour ne citer que ceux-ci, est valable pour l’ensemble du secteur de l’Energie (EDG, et Société des Eaux de Guinée).

    L’Etat Guinéen ne s’en sortira pas dans les entreprises de l’eau et de l’électricité (EDG), avec le mode de gestion actuel, même dans 100 ans. Pourquoi ?

    Pour la simple raison que sur le marché, ce sont les résultats qui comptent en termes de satisfaction de la clientèle et de profitabilité et de viabilité financière de l’exploitation même dans le cadre d’un Contrat d’affermage.

    Vous parlez de Veolia. Okay.

    Qui en Afrique, ne connait pas les résultats économiques et financiers de Veolia au Gabon ? Le Gabon est sur le point de résilier définitivement le Contrat de Veolia à la Société d’exploitation des Eaux du Gabon (SEEG). Pourquoi ? À cause de ses résultats très médiocres.

    Plus près de nous, au Sénégal, qui ne sait pas dans quelles conditions, le Président Macky Sall vient de mettre à la porte le groupe Eranove dans la gestion de l’eau au Sénégal ?

    Mieux, il a décidé sans aucun état d’âme de recaler Veolia dans l’appel d’offres pour l’attribution du contrat d’affermage de l’entreprise des eaux, à cause de ses résultats médiocres en Afrique, et qui sont connus de tout le monde.

    Même si la bataille juridique contre la décision de l’autorité de régulation des marchés publics du Sénégal continue, qu’importe ? L’Etat du Sénégal n’entend pas du tout reculer face à Veolia et à Eranove.

    Résultat :

    Selon Confidentiel Afrique, l’État Sénégalais vient de signer un contrat d’affermage avec le géant Français Suez, suite à un appel d’offres lancé par le Ministère en charge des Questions hydrauliques du pays, en vue de la production et l’exploitation de l’eau potable.

    Un verdict à la fois salutaire et audacieux selon Confidentiel Afrique, et qui tranche avec célérité au regard de la prépondérance de la demande récurrente et persistante de fourniture correcte d’eau aux populations.

    Mais même avec le géant Français Suez adjudicataire du Contrat d’affermage de l’eau au Sénégal, l’Etat l’attend pour ses résultats pour faire face à la demande actuelle des populations de l’agglomération de Dakar et de sa grande banlieue. Vous pouvez faire vérifier mes informations.

    CONCLUSION :

    Comment notre Ministre de l’Energie répond-t-il à la question des contre-performances notoires du groupe Veolia à EDG en rejetant la responsabilité sur EDG qui est en charge de l’exploitation de l’électricité ?

    Que fait l’Etat Guinéen et l’administration de l’Energie (SEEG et EDG) face à des situations de déficits chroniques et de déception et souffrance interminable des consommateurs de l’eau et de l’électricité en Guinée ?

    La question de la période d’étiage pour justifier le manque de courant domestique à Conakry, est totalement absurde et inacceptable. C’est la gestion qui est mauvaise de bout en bout aussi bien à EDG qu’à la SEEG.

    Ceci n’a d’ailleurs plus rien à voir avec le manque d’investissements, puisque le Gouvernement a déjà fait énormément dans ces deux sous-secteurs au cours des 7 dernières années, soit dans le cadre des emprunts extérieurs, soit dans le cadre de l’aide publique au développement (venant notamment du Japon en ce qui concerne la SEEG).

    Si l’Etat refuse de prendre ses responsabilités en ne réévaluant pas, les conditions d’exploitation des entreprises publiques, même si vous y mettez les milliards de Dollars d’investissements, non seulement les consommateurs ne seront jamais satisfaits, mais le pire, c’est que je ne vois pas du tout comment la Guinée pourra rembourser les énormes dettes publiques qui sont en train de s’accumuler sur la tête du pays dans quasiment toutes les entreprises du portefeuille public ?

    La dette publique plombée par les déficits d’exploitation chroniques des entreprises publiques, est un énorme danger pour le pays, parce que tôt ou tard, il faudra bien, la payer aux préteurs des capitaux.

    Non Monsieur le Ministre, la situation alarmante actuelle, qui continue de faire souffrir injustement les populations, à cause de la mauvaise gestion dans les entreprises de votre secteur, est inacceptable.

    Personne ne pourrait nous empêcher de dénoncer la gestion calamiteuse des entreprises publiques, parce que tôt ou tard, ce sont des générations entières qui continueront d’en payer le prix, et de façon injuste.

    À contrario, personne ne vous reprocherait de prendre les décisions qui s’imposent pour rendre les entreprises de votre Département viables et capables de répondre à la demande incompressible des consommateurs de l’eau potable et du courant électrique. C’est aussi simple. Vos arguments sont intenables et indéfendables, Monsieur le Ministre de l’Énergie.

    Bonne soirée chez vous et merci pour la courtoisie de Médiaguinée

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter