Adresse du Comité de Pilotage à l’occasion de l’An 1 du lancement du FNDC

Print Friendly, PDF & Email

Ce 03 avril 2020 marque la date anniversaire du lancement du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC). Créé le 03 avril 2019, ce vaste mouvement citoyen a pour seul objectif de préserver et de consolider les fragiles acquis de notre jeune démocratie menacée par l’ambition de M. Alpha CONDE qui a décidé de se maintenir au pouvoir à vie, au-delà de ses deux mandats et en violation de la Constitution.

En se fixant cet objectif, le FNDC a su répondre aux aspirations profondes du Peuple de Guinée qui est fermement attaché aux libertés fondamentales, à l’Etat de droit et à la cohésion sociale. Ceci s’est traduit par de grandioses manifestations et des mouvements de résistance sur l’étendue du territoire national ainsi que dans de nombreux pays où sont installés des antennes du FNDC. Ce sursaut patriotique a eu le mérite de révéler à la face du monde, notre capacité à nous entendre sur l’essentiel lorsque l’idéal commun est en jeu.

Cet idéal commun, qui anime le Comité de Pilotage et la Coordination nationale de notre mouvement et qui est partagé par tous les Guinéens, est celui de la justice, de l’égalité, de l’unité nationale et de la dignité humaine que l’Etat guinéen devrait nous assurer sans exclusion. Seule une véritable démocratie, fondée sur des lois impersonnelles et des institutions légitimes et responsables, peut garantir le respect strict des principes de l’Etat de droit, avec comme clé de voûte l’alternance au pouvoir.

C’est cette opportunité historique, de passation démocratique du pouvoir, consacrée par des dispositions intangibles de notre Constitution, que M. Alpha CONDE veut braver et travestir par le biais d’un Coup d’Etat constitutionnel susceptible de remettre en cause la démocratie plurielle et de favoriser le retour au parti unique des temps révolus. Et ce, au mépris de très lourds tributs payés par le Peuple durant ces dernières décennies de lutte.

En dépit des doutes, hésitations et mépris exprimés par les plus sceptiques et par nos adversaires, le FNDC a imposé sa marque dès les premiers jours de son lancement, en surmontant tous les obstacles dressés par M. Alpha CONDE et son système bâti sur le mensonge, la manipulation, la corruption, les intimidations, la répression et la conspiration.

La Comité du Pilotage du FNDC remercie le Peuple de Guinée pour son engagement constant et sa détermination sans faille à empêcher le 3ème mandat. En effet, durant plusieurs mois, les Guinéens ont massivement répondu aux différents appels à manifestation du FNDC, réussissant ainsi à discréditer, au-delà du processus électoral, le régime de M. Alpha CONDE.

Ainsi, confronté à la détermination insoupçonnée du Peuple contre son projet de 3ème Mandat, M. Alpha CONDE a révélé à la face du monde, le vrai visage de son régime jusque-là ignoré des démocraties à travers le monde, comme en témoigne la violence avec laquelle les membres et sympathisants du FNDC ont été réprimés.

En outre, une vive tension a été entretenue par l’utilisation de méthodes iniques pour réprimer les manifestations pacifiques du FNDC ou pour exclure les partis d’opposition de la compétition électorale. Au nombre de ces méthodes on peut citer entre autres les discours de haine et d’instrumentalisation ethnique, les appels à la confrontation entre les communautés ou les citoyens, les actes d’incitation à la violence, la manipulation, l’exclusion etc.

Ainsi, par le biais de la corruption et des menaces M. Alpha CONDE a utilisé des institutions et des individus qui se sont livrés à des dénis des lois et à des répressions massives perpétrées par les forces de sécurité (police et gendarmerie), appuyées par des unités de l’armée et des milices créées pour la circonstance. Cette répression sauvage s’est traduite par de graves atteintes aux droits humains, notamment des kidnappings et emprisonnements abusifs, des enlèvements de citoyens et leur déportation dans des camps militaires, des destructions de biens publics et privés, des centaines de blessés graves, des assassinats et tueries (79 personnes au moins) et des charniers dissimulés à N’Zérékoré.

Tous ces actes de violences ont été prémédités et planifiés pour créer la psychose dans la cité et permettre à une minorité dirigeante de poursuivre impunément le pillage des ressources du pays tout en pérennisant un pouvoir rejeté, le tout, en violation de la Constitution et contre la volonté du Peuple.

Loin de se laisser décourager par les méthodes violentes et anti-démocratiques du pouvoir, le FNDC a réussi, durant des mois, à rassembler l’écrasante majorité des principales forces politiques et sociales dont entre autre les syndicats, les mouvements de jeunes et de femmes, les organisations socioprofessionnelles, les artistes et hommes de culture, les sages, les chefs religieux, la diaspora, les universitaires, des leaders d’opinion, des activistes, etc.

En réussissant ce large rassemblement, le FNDC a donné une belle image d’unité qui a rassuré le Peuple et facilité l’éveil de conscience nécessaire pour le succès de son combat.

Ainsi, des mouvements sociaux et républicains, des organisations de la société civile africaines et étrangères, des organisations internationales de défense des droits humains, des syndicats étrangers, des acteurs politiques, des intellectuels et autres, un peu partout à travers le monde, ont exprimé leur soutien au FNDC et leur solidarité au Peuple de Guinée. 

A cela s’ajoute le soutien quasi-total de la communauté internationale qui, unanimement a pris position contre ce dangereux projet de 3ème mandat en condamnant l’illégalité de la démarche pour y parvenir, la grossièreté de l’imposture et ses conséquences néfastes sur la stabilité de la sous-région ouest-africaine. Elle a aussi refusé de cautionner le processus législatif pour faits de grave corruption du fichier électoral et à cause de son caractère non-inclusif. D’autant que la grave répression utilisée comme ultime moyen pour accomplir le double forfait démocratique, ne faisait que renforcer le caractère illégitime et illégal du processus.

La Comité de Pilotage du FNDC rend hommage à tous ces martyrs tombés, à travers tout le Pays, sous les balles de forces répressives illégalement soumises à des autorités qui ont trahi leurs missions. Que leurs âmes reposent en Paix ! Le Comité de Pilotage réitère ses condoléances aux familles de ces martyrs et réaffirme son soutien indéfectible à toutes les personnes blessées et à toutes celles actuellement détenues dans des prisons ou dans des lieux inconnus.

Le Comité de Pilotage exprime également sa très vive gratitude et adresse ses chaleureux remerciements au Collectif des avocats du FNDC qui ne cesse de se mobiliser nuit et jour pour défendre gracieusement des centaines de citoyens démocrates victimes de la répression du pouvoir dictatorial de M. Alpha CONDE. Que leur bel exemple patriotique et d’hommes épris de justice inspire davantage d’hommes en robe. 

Malheureusement, pour faire échec au noble combat du FDNC, le pouvoir n’a pas hésité de recourir à la violence ayant provoqué d’importants dégâts matériels sur des biens publics et privés, causé des centaines de blessés graves dont plusieurs dizaines handicapées à vie, des violations massives des droits humains, des kidnappings et emprisonnements massifs (de centaines d’individus) parfois dans des camps militaires, sans possibilité de visites. Au moins soixante-dix-neuf (79) personnes sont tuées très majoritairement par balles et d’autres projectiles ou, comme à N’Zérékoré, dans des affrontements inter-ethniques.

Ce chiffre de 79 morts se répartit comme suit :

  • Quarante-deux (42) morts enregistrés et documentés avant le 22 mars 2020, dont un (01) mort à N’Zérékoré, un (01) mort à Kankan, tous deux en juin 2019 ; un (01) gendarme tué à Mamou en octobre 2019 ; cinq (05) morts à Labé en janvier 2020 ; un (01) mort à Maréla dans Faranah en janvier 2020. Les trente-trois (33) restants sont des victimes essentiellement enregistrées dans la seule commune de Ratoma à Conakry ; 
  • Trente-sept (37) morts enregistrés entre le 22 et le 24 mars dont dix (10) dans la commune de Ratoma à Conakry parmi lesquels une femme qui a succombé à ses blessures) ; un (1) mort à Dubréka (une femme à Ansoumanya plateau) ; un (1) mort à Kégnéeko dans Mamou et au moins vingt-cinq (25) enregistrés à la date du 24 mars à N’Zérékoré dont certains dans des affrontements à caractères religieux et communautaire. Les collectes d’informations sont en cours pour connaître le nombre exact de morts à N’zérékoré car de forts doutes existent en raison de possibles cas de morts non déclarés dans les centres hospitaliers de la région.

À ce bilan macabre, qui n’est que provisoire, il faut ajouter le problème de la fosse commune de N’ que seule une enquête internationale indépendante, que nous appelons de tous nos vœux, pourrait attester du nombre de victimes et les circonstances de leurs décès.

En dépit du contexte de vives de tensions qui prévalait et des mises en garde de la communauté internationale sur le caractère illégal et illégitime du processus, mais surtout au moment où tous les chefs de l’Etat et de gouvernement du monde se préoccupaient de la sécurité sanitaire de leurs populations, face à la pandémie du Coronavirus, M. Alpha CONDE a préféré privilégier ses intérêts personnels visant à se maintenir illégalement au pouvoir, au risque d’une propagation à grande échelle du coronavirus.

Ainsi, il en résulte que ces cas morts et les atteintes graves aux droits humains sus-énumérés, ainsi que la propagation de la pandémie du coronavirus qui vient de commencer ne sont que les résultats d’une décision sciemment planifiée et prise en connaissance de cause. M. Alpha CONDE devrait en endosser toutes les conséquences le moment venu.

Cependant, cette triste réalité, qui dénote d’un cynisme d’Etat sans précédent, doit conditionner notre motivation dans la lutte du Peuple, en vue de permettre au FNDC d’affronter les nouvelles étapes de notre combat, avec plus de vigueur et de courage. Car, la victoire du Peuple de Guinée dans sa lutte contre le projet 3ème mandat est en passe de se concrétiser. Mais pour capitaliser les acquis de cette lutte, il redoubler d’efforts autour des valeurs qui ont fait notre succès : Unité, Discipline, Patriotisme, Désintérêt, Détermination et Tolérance. Ce sont ces valeurs citoyennes autour desquelles nous sommes restés constants qui ont fait notre force, malgré le contexte. Pour cela, le Comité de Pilotage est conscient que chacun a dû sacrifier quelque chose de difficile ou de précieux : sa différence, son temps, son énergie ou son argent etc., au profit de notre idéal commun. De tels sacrifices doivent être poursuivis et accrus par chacun de nous. 

À cause, de la pandémie du coronavirus, les défis de la nouvelle phase de notre lutte, devant nous conduire à la victoire finale, sont tout aussi cruciaux. Ils nécessitent de la part de chacun le strict respect de nos valeurs par un engagement citoyen désintéressé, une discipline à toute épreuve et une vigilance conséquente, car le nouveau contexte est bien différent et pourrait être plus difficile, malgré nos atouts.

Il importe de rappeler que le pouvoir honni de Conakry, face à son isolement quasi-total et à son affaiblissement intérieur, va poursuivre ses manœuvres de diversion et de sabotage ainsi que la répression et la corruption, de manière insidieuse ou apparente pour tenter de faire échec aux actions démocratiques du FDNC ou pour anéantir leur efficacité, à l’image du simulacre d’élections référendaire et législative qui a échoué le 22 mars 2020.

Aussi, devons-nous retenir vivement que le répit, que nous nous imposons en toute responsabilité au regard des enjeux de la sécurité sanitaire de nos concitoyens et du monde, doit être mis à profit pour mieux préparer les prochaines étapes du combat pour l’alternance en 2020.

Dans cet esprit, le Comité de Pilotage du FNDC :

  • Exprime sa solidarité au peuple de Guinée dans ce contexte très difficile de la pandémie du coronavirus, et exhorte chaque citoyenne et chaque citoyen à la stricte observation des consignes de prévention édictée par l’OMS. La menace de contamination est réelle et s’accroît tous les jours.  Redoublons donc de prudence pour nous-mêmes et pour nos proches ;
  • Exprime sa compassion et son soutien à tous les compatriotes contrôlés positifs au Covid-19 et formule ses prières pour qu’ils recouvrent leur santé. Il les encourage à tenir bon et les rassure de toute l’affection de notre Peuple ;
  • Exprime sa reconnaissance indéfectible au Peuple de Guinée, notamment les jeunes et les femmes, pour leur farouche détermination qu’ils ont constamment affichée dans cette lutte ;
  • Félicite et remercie le Collectif des avocats du FNDC pour son engagement en vue d’un environnement plus juste et plus digne pour tous les citoyens ;
  • Félicite et encourage la presse qui, en dépit des intimidations et de la répression a tenu à demeurer professionnelle ;
  • Remercie très chaleureusement la communauté internationale pour sa désapprobation quasi-unanime des parodies électorales preuves de déni de démocratie ;
  • Appelle tous ses démembrements au courage et à la détermination pour la démocratie, la paix et la justice. Il exhorte les leaders des démembrements à ne jamais céder aux intimidations, à la corruption et au découragement ; 
  • Invite les antennes de l’extérieur à maintenir le cap du combat en concertation directe avec la Coordination nationale. Il exhorte chaque antenne, dans chaque Pays à concentrer ses efforts strictement et exclusivement sur la juridiction territoriale de son ressort, pour favoriser une plus grande implication de nos compatriotes de la diaspora dans le combat du FNDC ;
  • Appelle à la vigilance, les responsables des antennes du FNDC régulièrement établies dans les pays étrangers afin de prévenir toutes manœuvres de diversion susceptibles de favoriser la discorde et de les distraire des défis de la lutte. Ils doivent œuvrer autant que possible au rassemblement des guinéens et éviter d’entretenir toutes incompréhensions ou polémiques avec toutes structures ou entités établies à l’insu de la coordination nationale, quelle que soit la dénomination qu’une telle organisation se donnerait. En dehors des cadres de concertations validés par la coordination nationale pour des raisons de communication, chaque antenne extérieure et chaque démembrement local se doit de collaborer directement avec la coordination nationale.
  • Invite ses différentes antennes régulièrement établies dans les pays étrangers à s’abstenir de toute fusion ou création de structure supranationale, toute chose que la coordination nationale ne peut valider ;
  • Remercie tous les contributeurs individuels et groupés qui ont généreusement apporté un appui financier, notamment à travers la plateforme de crowdfunding “GofundMe”.

PAS DE 3ème MANDAT, AMOULANFE !

Le Comité de pilotage

                                                                Conakry, le 03 avril 202

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.