Affaire des magistrats envoyés à la retraite : « le plus urgent était de créer une école de la magistrature » (Me Abass Bangoura)

Print Friendly, PDF & Email

« Si vous envoyez les magistrats de carrière à la retraite en grand nombre comme dans le cas d’espèce, vous allez décapiter la profession  de sa crème en termes d’ancienneté et d’efficacité aussi. Cela va se répercuter sur la performance de nos juridictions  en des jugements ou d’arrêts de qualité », tels sont les propos de l’avocat Me Fodé Abass Bangoura concernant la mise à la retraite de 41 magistrats hier par le président de la transition, colonel Mamadi Doumbouya.

Joint depuis Paris, ce mercredi 29 décembre, par Mediaguinee, l’avocat et ancien commissaire de la commission nationale électorale indépendante (CENI), Me Fodé Abass Bangoura a déclaré ceci : « il fallait à mon humble avis tenir compte  de la situation particulière de la république de Guinée. Le plus urgent était de créer une école de la magistrature et préparer certains doyens comme les formateurs des formateurs. C’est très important de profiter de leurs expériences  dans une école de la magistrature. C’est un corps d’élite dont il faut capitaliser l’expérience et le savoir-faire. »

La retraite est un droit, il faut que les Guinéens commencent à l’intégrer dans leur parcours ou carrière, a-t-il rappelé. « C’est une bonne chose dans un État normal. Mais les magistrats ont un statut particulier et c’est une branche technique. Il faut toujours préparer la relève. Et il faut tenir compte de la particularité de leurs fonctions et de leur formation. En Guinée, il n’y a pas d’école de la magistrature. Si  vous envoyez les magistrats de carrière à la retraite  en grand nombre comme dans le cas d’espèce, vous allez décapiter la profession  de sa crème en termes d’ancienneté et d’efficacité aussi. Cela va se répercuter sur la performance de nos juridictions  en des jugements ou d’arrêts de qualité ». Avant de mentionner : « C’est vrai, après ce groupe, il y a d’autres excellents magistrats de carrière, mais  les greffiers reconvertis en magistrats dont certains sont très brillants. Et il y a aussi beaucoup de médiocres. »

Par ailleurs, notre interlocuteur a félicité ces désormais anciens magistrats en ces termes : « il faut les féliciter. Car il y a parmi eux, les excellents magistrats  dont certains sont mes maîtres de stage. Je profite pour les remercier de m’avoir bien encadré dans les juridictions. »

Elisa Camara 

+224654957322

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.