Affaire domaniale à Takoura (Kankan) : les 9 personnes arrêtées ont été placées sous mandat de dépôt (procureur)

Print Friendly, PDF & Email

Comme annoncé dans une de nos précédentes dépêches, une plainte a été déposée le 26 juillet dernier au tribunal de première instance de Kankan contre 27 personnes dont l’ancien ministre de l’Administration du territoire, le Général Bouréma Condé, pour une affaire domaniale qui défraie la chronique dans la région.

En effet, ce sont plusieurs hectares de terre agricoles appartenant à des opérateurs économiques et particuliers dans les villages de Takoura et Bomboni qui ont été détruits par les habitants de ces localités, sous prétexte que Bouréma Condé leurs aurait dit que ‘’la terre de ses ancêtres ne sont pas à vendre ».

Suite à ladite plainte, neuf (9) personnes ont été mises aux arrêts par la brigade de recherche et auditionnées. Ce mardi 2 août 2022, elles été inculpées et placées sous mandat de dépôt à la maison centrale de Kankan.

Daouda Diomandé est le procureur de la république près le TPI de Kankan : « Ils ont été entendus sur procès verbal à la brigade de recherche, et à la date du 02 août 2022 le procès nous est parvenu et dès que nous l’avons reçu, le deuxième cabinet du tribunal de première instance de Kankan a été saisi et nous avons fait ouvrir une information judiciaire contre ces neuf (9) personnes pour des faits de destruction de biens privés, d’injures publiques, de menace de mort, de vol d’objets divers, de violence et voie de fait et d’abattage d’arbres fruitiers. Suite à cette information judiciaire, le juge d’instruction les a inculpés et ils ont été placés sous mandat de dépôt en attendant que la procédure ne suive son cours normal. » 

Mécontents de ces arrestations, les citoyens de Takoura et de Bomboni se sont rués ce mardi matin vers Kankan pour exiger la libération des leurs, explique le procureur : « Il y avait un groupe de gens qui étaient sur des motos et des véhicules hier, qui ont pris la direction de la brigade de recherche. Le temps pour nous de faire la procédure pour saisir le juge d’instruction nous avons été envahis par ce groupe de gens, il a fallu prendre des dispositions sécuritaires non seulement pour la gendarmerie mais aussi pour le TPI. »

Pointé du doigt par les victimes comme étant l’instigateur de ces destructions de domaines, le Général Bouréma Condé n’a toujours pas répondu à la convocation qui lui a été émise. Selon le procureur, une autre alternative pourrait subvenir au cas où il ne répondait pas :

« La brigade de recherche a émis une convocation et nous attendons la suite. S’il ne se présente pas le juge d’instruction va tirer toutes les conséquences du droit. Il a le droit d’émettre des mandats. Bouréma Condé n’est pas le seul, ils sont 27 sur la liste et parmi les 27 ce sont neuf (9) qui se sont présentés et c’est ceux là qui sont devant le juge d’instruction maintenant. »

Bouréma Condé passera t-il devant la barre dans cette affaire ? Les victimes réclament en tout cas justice.

A suivre…

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.