Affaire Elhadj Doura : quand le présumé cerveau dédouane l’un de ses codétenus

Print Friendly, PDF & Email

Il s’agit de Thierno Mamoudou Kann et il est celui qui gérait depuis 2014 au marché Madina la boutique de produits pharmaceutiques du présumé cerveau dans l’affaire de l’opérateur économique Elhadj Doura Diallo. Et il est également celui l’a a qui Elhadj  Mamadou Diallo avait  confié pour un premier temps la rançon. 

A la barre ce lundi, Thierno Mamoudou Kann a été rejeté les faits d’enlèvement et de séquestration pour lesquels il est poursuivi devant le tribunal de première instance de Dixinn.

Selon l’accusé qui est en détention depuis le 3 mars 2018, c’est le dimanche 10 décembre 2017 que son patron Elhadj Mamadou Diallo est venu lui voir à son domicile pour lui confier une somme de 99 milles dollars américains.

« Quand j’ai vu l’argent, j’ai eu peur. Je lui ai dis que je ne pouvais pas garder de telle somme. Et il m’a supplié en me rassurant que ce n’est pas un argent sale et que Idrissa Diallo allait venir prendre 50 milles dollars le soir. Et il m’a demandé de garder les 49 milles dollars à la boutique à Madina et que le lendemain, qu’il allait passer chercher. Je lui ai tout remis par l’intermédiaire de Idrissa Diallo. Donc je ne savais pas que c’était une rançon, ni imaginé que mon patron qui a vécu plus de 10 ans  en Allemagne et qui dit être rentré au pays  pour investir pouvait se livrer à de tel acte. »

Appelé pour être confronté à son employé, le présumé cerveau dans l’affaire du vieux Doura qui est décédé en 2018 à  Mafreinyah dans les mains de ses ravisseurs, a dit :

« Tout ce que Kann a dit est vrai. Je ne l’avais pas parlé de l’origine de l’argent et il n’était pas informé de mes actes. Tout ce qui nous liait, c’est la gestion de ma boutique. »

Une thèse à laquelle s’est réjouie la défense qui a immédiatement demandé la remise en liberté de Thierno Mamoudou Kann à sa tête Me Abou Camara. Mais quant au procureur, Daouda Diomandé et la partie civile représentée par Me Gabriel Faya Kamano se sont  catégoriquement opposés. Et ils ont été suivis par le juge, Aboubacar Mafreing Camara qui a rejeté la demande de la défense. 

A préciser que dans l’affaire d’Elhadj Doura Diallo, ils sont au total 20 accusés parmi lesquels figurent les nigérians, Leonais, Maliens et guinéens civils et militaires. 

Elisa Camara 

+224654957322

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.