Affaire Kaporo rails: « Le parquet n’a pas fait le nécessaire pour faire comparaître Monsieur Kourouma » (avocat des victimes)

Après trois renvois, le dossier qui oppose l’ex ministre de l’habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire, Ibrahima Kourouma et les victimes du déguerpissement de Kaporo rails s’est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Dixinn, ce Jeudi 19 Janvier 2023.
Poursuivi dans une autre affaire par la CRIEF, il est reproché à l’ex ministre, la destruction d’édifices privés et les bris de clôture pendant le déguerpissement des occupations publiques.

Depuis le 24 novembre dernier, Dr Kourouma n’a comparu à aucune audience. Un fait qui n’a pas empêché le tribunal présidé par M. Amadou Sy de passer à la phase réquisitoire.
Par ailleurs, Me Alpha Yaya Dramé fustige les difficultés et accuse le parquet pour l’absence de l’accusé Ibrahima Kourouma.
«Si vous voyez qu’on ne veut pas que Monsieur Kourouma comparaisse, c’est parce qu’on sait qu’on a la preuve matérielle qui atteste que les habitants de Kaporo rails sont propriétaires de leurs biens.[…]. Le parquet n’a pas fait le nécessaire pour faire comparaître Monsieur Kourouma, sans raison. On parle de difficultés rencontrées mais on ne nous dit pas quelle est la nature des difficultés et vous imaginez quand même, c’est le procureur de la république », a déploré l’avocat.
Et de poursuivre : « J’ai du mal à comprendre pourquoi il ne peut pas comparaître. Mais puisqu’il faut que la justice suit son cours, à l’audience, le tribunal a constaté qu’il y a impossibilité pour qu’il se présente à l’audience, il a donc décidé de clore les débats».

À en croire la défense de l’ex ministre de l’habitat, de l’Urbanisme et de l’aménagement du territoire, leur client est pressé de se présenter à l’audience pour la manifestation de la vérité.
«Si on clôture les débats aujourd’hui et on dit que le dossier est renvoyé à 4 semaines pour plaidoirie et réquisition, c’est vraiment décevant de notre côté parce que notre client est prêt à venir donner sa version des faits. Il est même pressé de venir, on a des choses à développer franchement. S’il était là, nous-mêmes, on allait être à l’aise pour pouvoir développer ces choses là », a laissé entendre Me Mamadi Doumbouya.

Le président de la cour, M. Amadou Sy a finalement renvoyé l’affaire au 16 février 2023.

Mayi Cissé

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.