Affaire M’mah Sylla : « C’est Patrice qui a tué mon enfant » (Hadja Djamilatou à la barre)

Le procès concernant le viol, avortement à risque causé à l’autrui et administration des substances nuisibles sur la personne de M’mah Sylla contre Dr Sébory Cissé, Patrice Lamah , Daniel Lamah et Célestin Millimono, s’est poursuivi au tribunal criminel de Mafanco ce mardi 20 décembre.

Après de nombreuses contradictions,

Dr Djalikatou Soumah et Djamilatou SOW , la grand-mère paternelle de la défunte sont appelées à la barre, à titre de témoins.

Prenant la parole, Hadja Djamilatou SOW, donne sa version des faits:

«M’mah Sylla était malade et elle avait très mal quand elle voyait les règles. Un vendredi, en partant à la mosquée, je lui ai remis 4.000fg quand elle m’a dit qu’elle part à l’hôpital. A mon retour, mon voisin m’a dit qu’elle revenait de l’hôpital, elle était très pâle. Patrice m’a dit qu’elle souffre d’un kyste et elle devait être opérée d’urgence puisque c’était grave et qu’on devait payer 1.500.000fg. C’est ainsi que je suis parti emprunter   1.000.000fg et j’ai remis à Célestin», a souligné cette vieille dame. Poursuivant, elle a dit ceci :  «Après l’opération, elle ne parlait plus, elle ne mangeait pas, elle était immobile jusqu’un samedi, où elle a fait une crise et on est parties chez Dr Cissé. Cette nuit, il n’y avait pas de courant donc il a dit qu’il ne pouvait pas opérer M’mah Sylla, d’attendre. C’est ainsi que Dr Cissé m’a informée qu’ils ont gâté M’mah Sylla. C’est là que la mère de M’mah est arrivée et on a constaté que son opération allait de son aisselle gauche à la

droite.

C’est Dr Célestin, Patrice et Daniel qui l’ont opérée.

Là-bas aussi, elle a subi deux (2) opérations. 

Quand Dr Barry de Ignace Deen est arrivé, il a demandé à ce qu’on l’emmène à l’hôpital.

Après une semaine, Dr Cissé a dit que c’était les sorciers donc de faire les sacrifices et j’ai acheté trois poulets en plus de 100.000fg.

Trois semaines après, elle n’allait toujours pas bien donc l’ont conduite à l’hôpital sans m’informer. En route, j’ai croisé les médecins et j’ai insisté pour aller à l’hôpital avec eux. A l’hôpital, Dr Djalikatou a refusé de traiter M’mah mais avec les plaidoiries et la relation amicale envers les médecins, elle a accepté. C’est Patrice qui a tué  mon enfant, c’est lui qui a tué mon enfant», a soutenu Hadja Djamilatou SOW.

A son tour, Dr Djalikatou Soumah, nie toute relation antécédente avec les prévenus dans cette affaire, elle tient une thèse mettant en scène un 5e médecin qui l’a contactée.

«J’ai été appelée par un ami de promotion le jeudi 16, du nom de Célestin Millimono (un autre du même nom que l’accusé en fuite), pour un traitement de kyste ovarien avec complication. Après m’avoir établi le tableau, j’ai demandé à ce qu’il l’envoie dans un CHU. Aussitôt j’ai informé mon chef hiérarchique. Le lendemain à 6h on s’est rendu à la clinique de Dapompa, après le constat chez Dr Cissé, je n’ai pas touché la malade et j’ai recommandé une évacuation. C’est en

sortant que Dr Cissé s’est présenté à moi en tant que médecin chef de l’hôpital régional de Pita et qu’il a trouvé que ses assistants avaient fait une opération qui a échoué.

Une fois à Ignace Deen, Dr Houssaine l’a hospitalisée, a fait les soins d’une plaie d’environ 15cm au bas ventre qui laissait couler les selles, urine, le sang…Il a prescrit et tout a été honoré par le médecin qui l’accompagnait (Célestin). Delà on a fait deux interventions pendant lesquelles on m’a demandé d’observer la dame pendant une semaine, c’est de là que les parents ont expliqué les dessous de l’histoire mais quand j’ai demandé à ma patiente, elle n’a pas accepté de me parler et je n’ai pas insisté», témoigne-t-elle.

Après la phase des questions-réponses, à la demande de la partie civile, une vidéo a été visualisée dans la salle avant de renvoyer l’affaire  au 03 janvier prochain.

Mayi Cissé 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.