Affaire Mohamed Mara vs Sheikh Affan : le procès renvoyé au 22 février !

Print Friendly, PDF & Email

L’affaire opposant le journaliste Mohamed Mara à Cheikh Ahmed Fofona connu sous le pseudonyme de “Sheikh Affan” est  relancée au TPI de Mafanco. L’on reproche à ce dernier d’avoir  proféré “des injures publiques, de la diffamation et de la menace de mort” contre le journalise dont l’avocat dit détenir comme preuves des captures d’écran, des photos, des propos tenus. Et de rappeler qu’il est inimaginable, dans notre pays, que quelqu’un puisse atteindre votre mère. 

À en croire Me Alpha Yaya Dramé, les raisons de ce report serait un “cafouillage de l’enrôlement du dossier à l’audience’’. « C’était prévu ce lundi 15 février. Et apparemment, on avait été convoqué le premier, l’affaire a été renvoyée au 22 février. Moi je n’étais pas au courant », explique-t-il.

Présent ce matin au Tribunal du Première Instance de Mafanco, pour répondre à la convocation, Cheikh Ahmed Fofona, s’est exprimé après ce énième renvoi. « La justice est indépendante. Moi je suis venu répondre à la convocation faite par la justice. J’attendais qu’on rentre dans le procès. C’est à la justice de prouver pourquoi elle a reporté à une date ultérieure. Moi, je n’ai ni diffamé, ni menacé quelqu’un de mort. Ma vidéo avait été projetée dans la salle ici, tout le monde avait écouté. Je n’ai jamais mentionné le nom de Mohamed Mara dans la vidéo. Je veux vraiment qu’on en finisse avec ce procès. Moi je suis un fonctionnaire de l’État, donc vouloir venir passer chaque fois du temps ici, franchement ça joue sur moi. J’ai beaucoup de choses à faire. Je veux que le droit soit dit et que la justice soit faite. », a-t-il souhaité. 

Pour sa part, l’avocat du plaignant, Me Dramé Alpha Yaya, dit avoir un sentiment d’incompréhension, car, selon lui, le prévenu  n’aurait jamais accepté la procédure de citation, ses avocats également. « Mais comme on dit, il peut courir, il peut sauter mais le soleil va toujours se lever à l’Est et se coucher à l’Ouest. Quoi qu’il en soit, il doit, à un moment donné ou un autre, répondre de ses actes. Je ne parle pas de ce qu’il commet par ailleurs mais de ce qu’il a fait subir à M. Mara. Il en payera le prix, quelle que soit la montagne derrière lui. », a rassuré Me Drame, l’avocat de la partie civile dans cette affaire.

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.