Connect with us

Tribune

Affaire Port Autonome de Conakry : quand le régime instauré à partir du coup d’Etat militaire du 3 Avril 1984 se révèle dans sa vraie nature aux Guinéens (Par Ismaël Condé)

Published

on

Cette nature était cachée ou voilée aux Guinéens, d’une part, par la haine et l’ethnocentrisme qui ont été les premières armes des auteurs du coup d’Etat militaire, et d’autre part, par l’aliénation culturelle soutenue principalement par l’idée que notre indépendance n’a fait que nous conduire à la pauvreté, à la misère, au retard sur les colonies françaises qui n’ont pas dit NON au référendum du 28 Septembre 1958. Cette idée laisse clairement entendre que le développement d’un pays africain n’est possible que dans le cadre de la soumission au monde occidental. Du reste, ce fut là l’argument de tous les Guinéens qui ont été en faveur du OUI au fameux référendum du 28 Septembre 1958.
Ce sont bien ces tares de la haine, de l’ethnocentrisme et de l’aliénation culturelle qui ont empêché les Guinéens de voir la dangerosité des reformes imposées par la Banque mondiale et le FMI. Une reforme comme la dévaluation de la monnaie nationale le SYLY ne s’est-elle pas révélée, dans les faits, comme une réduction drastique du pouvoir d’achat des Guinéens ? La privatisation ne reste-t-elle pas le fléau qui livre nos jeunes au chômage avec ses conséquences du banditisme, de la toxicomanie, de l’émigration clandestine etc.
Si ce n’était pas ces mêmes tares, les Guinéens se seraient opposés à la privatisation des Entreprises comme Air Guinée, l’ONAH (Office National des Hydrocarbures), comme l’ENTA (Entreprise Nationale des Tabacs et Allumettes).
L’actuelle situation du port autonome de Conakry, dans le fond, obéit à cette même logique de la privatisation engagée par l’Etat dès le lendemain du coup d’Etat militaire du 3 Avril 1984. Si cette situation fait l’objet de tant de bruits et de remous, c’est parce que, selon nous, les fléaux qui embuaient les yeux et le cerveau des Guinéens commencent à disparaître pour le plus grand bien de la nation.
La situation actuelle du port autonome de Conakry vient s’ajouter à l’augmentation du prix du carburant à la pompe mise en application à partir du 1er Juillet dernier pour convaincre les Guinéens que la cause des graves difficultés qu’ils vivent n’est liée à aucune de nos ethnies, à aucune de nos régions naturelles, que cette cause est, plutôt, le régime issu du coup d’Etat militaire du 3 Avril 1984. Un régime de l’appauvrissement continu du peuple, un régime des inégalités et des injustices les plus révoltantes ou insupportables. Combattre ce régime commande, en premier lieu, de s’affranchir radicalement de la haine et de l’ethnocentrisme qui sont reconnus partout comme étant des bas sentiments, des sentiments de la petitesse intellectuelle et morale, surtout morale.

Ismaël Condé, leader du PRPAG

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Momo

    23 août 2018 at 22 h 07 min

    On pourrait etre d’accord sur des passages de votre article Mr Condé, mais lorsque vous ecrivez « le régime issu du coup d’Etat militaire du 3 Avril 1984. Un régime de l’appauvrissement continu du peuple, un régime des inégalités et des injustices les plus révoltantes ou insupportables. ».
    Là je pense que vous n’etes pas objectif du tout. Meme si j’ai ongtemps critiqué le régime du général Conté; je reconnais en lui que c’etait un patriote qui voulait l’interet de la Guinée et des Guinéens d’abord. Il n’a jamais prétendu etre ce qu’il n’est pas.
    A contrario, on a un président soit d’isant lettré, ancien enseignant vacataires des universités de Paris. Ce dernier dit et fait tout le contraire de ce qu’il énnonce. C’est là ou vous manquez d’objectivité Mr Condé. Les Guinéens souffrent beaucoup plus sous Alpha Condé que sous Lansana Conté; malgré vos pirouettes, vous ne nous ferez pas croire autre chose.
    C’est dingue, comme certaines personnes aiment réecrire l’histoire. Avouez le que cette présidence de Mr Alpha Condé a atteint ses limites, jusqu’à ce que des dechets tuent des personnes. Hallucinant. C’est le comble, et il n’ya rien pour effacer les faits, qui demeurent très tetus, et il ya beaucoup à dire sur sa gouvernance, et l’état du pays. Vivement la fin de l’ethno-politique. Vivement 2020.

    Bonne journée à tous.

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook