Affaire Zogota : les avocats des victimes demandent à l’Etat d’exécuter à la lettre la décision de la Cour de la Cedeao

Print Friendly, PDF & Email

Les avocats des victimes de Zogota -Me Pépé Antoine Lama, Me Frédéric Foromo Loua de l’ONG “Les Mêmes Droits pour Tous” et Jonathan Kaufman, avocat au barreau de New-York, représentant de ACA- ont animé mercredi une conférence de presse sur “les attentes des victimes de Zogota après l’arrêt de la cour de justice de la Cedeao”.

D’entrée, Me Pépé Antoine Lamah a tenu à rappeler : ‘’la cour de justice de la justice en son audience du 10 Novembre 2020 a rendu public son verdict, et la cour dans sa décision a reçu l’action des victimes de Zogota, elle a déclaré cette action bien fondée. En conséquence, elle a reconnu la Guinée coupable des violations des droits à la vie, du droit de ne pas être soumis à la torture, au traitement cruel inhumain et dégradant, le droit de ne pas faire l’objet d’arrestation arbitraire, le droit à un recours effectif ».

« La cour de la CEDEAO a, dans la même décision condamné l’État de la République de Guinée au payement de la somme de 160 millions francs guinéens, à chaque famille des six personnes qui ont succombé suite à ce massacre. Ce qui faisait une somme de 976 millions gnf. Dans la même décision et par la suite, la cour a également alloué à chacune des victimes, qui a fait l’objet de torture, d’arrestation arbitraire et des violations à un recours effectif. La cour a alloué à ces victimes-là, la somme de 240 millions chacune. Ce qui fait aujourd’hui pour toutes les victimes une somme globale de 4,56 milliards de Gnf », a-t-il expliqué. 

« La cour a imparti six mois de délai de lui adresser un courrier d’exécution de son arrêt à compter de la notification. Et nous avons reçu de notification au même titre que l’État guinéen. Donc ce qui veut dire que les six mois ont commencé à courir », dit-il. Et de menacer : « si au terme des six mois, la Guinée n’exécute pas la décision telle que prononcée par la cour de justice de la CEDEAO, nous n’hésitons pas à recourir aux mécanismes de sanction prévu par les textes de la CEDEAO », a conclu Me Pépé Antoine Lama

Il faut rappeler que ce massacre a eu lieu le 04 Août 2012. Les forces de sécurité guinéennes sont accusées d’avoir investi le village de Zogota,”tirant sans distinction sur tout ce qui bougeait. Ils ont tué six villageois blessés plusieurs autres incendié des maisons et volé des biens personnels”.

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.