Agression du préfet de Coyah : “nous sommes en mission de t’éliminer “, lui ont dit les bandits selon le fils du préfet

Print Friendly, PDF & Email

Dans la nuit du mercredi à jeudi, Barboza Soumah, le préfet de Coyah, ville à 50 km de Conakry,  a reçu une visite inopinée de malfrats à son domicile. Au cours de l’opération, ils ont emporté de l’argent, des objets de valeur, l’arme du gardien après avoir molesté le préfet, selon les témoignages jeudi de son fils Tamsir Soumah sur Espace FM.

“C’était dans la nuit du mercredi à jeudi aux environs de 2h lorsque la pluie se préparait, des assaillants armés sont arrivés. Ils étaient une vingtaine selon le gardien (militaire de son état) avec lequel on a pu discuter. Il y a un groupe qui a escaladé la clôture et un autre est venu par la porte. Ceux qui sont venus par la porte ont mis main sur le gardien, l’ont ligoté et ont fait irruption dans la cour. Dans la cour, il y a trois bâtiments: le principal, une petite case à droite où résidait le préfet et une autre à gauche pour les hôtes. Les bandits savaient déjà que le préfet habitait dans la case d’à droite où ils se sont dirigés. Ils ont foncé sur la porte du salon, puis celle de sa chambre. Et quand ils sont entrés, le premier qui tenait une arme, parce qu’il faut noter qu’il y a des gens parmi eux qui étaient en tenue militaire et d’autres en civils avaient des armes de guerre, également des AK 47 et des PA, ils lui ont pointé une arme et lui ont dit qu’ils étaient en mission de l’éliminer. Il leur a demandé de ne pas faire cela. Ils lui ont demandé de l’argent. Il a dit qu’il est prêt à leur donner tout. Il a fait sortir tout ce qu’il avait comme argent et comme objets de valeur. Et quand ils ont fini de s’emparer de tout cela, ils ont commencé maintenant à le torturer. A l’heure où je vous parle, mon père a repris conscience puisqu’il peut communiquer mais un peu. Il parle mais à très basse voix. Il a une mâchoire qui est fracturée je crois. Son bras est cassé et tout ce qui s’en suit. Il est actuellement dans la salle d’urgence avec les médecins.
La gendarmerie est déjà sur les lieux. Ils doivent ouvrir les enquêtes. On avait rendu la maison impénétrable pour des raisons d’enquêtes. Je crois que la gendarmerie en collaboration avec la police va mener les investigations. Comme l’effectif des assaillants est grand, c’est sûr qu’ils puissent mettre main sur quelques individus. On le souhaite”.

Par Sadjo Bah
+224625016669

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.