Aïd el-Fitr à N’Zérékoré : faible engouement chez les couturiers

Print Friendly, PDF & Email

Contrairement aux fêtes antérieures, cette année, les ateliers de couture de la commune urbaine de N’Zérékoré, capitale de la cité forestière connaissent moins d’ambiance. A en croire les couturiers et couturières, cette situation s’explique par la présence du Covid-19 qui sévit dans le pays.

Assis dans son atelier dans le quartier Gboyéba en train de coudre, ce maître tailleur nous parle de la rareté des clients.

« Cette année, la fête intervient dans un contexte particulier à cause de la maladie. Notre clientèle a fortement baissé. Non seulement ça ne va pas économiquement mais le fait que cette année aussi il n’y aura pas de grande prière, les gens ne sont pas trop intéressés pour envoyer les habits. Et le peu de personnes qui vient crie trop que le prix est cher. Quand tu dis un complet à 150 mille francs, les clients pleurent, mais finalement on s’arrange. Quand même on parvient à s’en sortir malgré le contexte difficile », nous a-t-il confié.

Au quartier commercial également, chez cette autre maîtresse de couture, Fatoumata Soumah là également, le constat reste le même.

« Vous voyez que nous avons moins d’habits sur la table. Peut-être c’est le temps. Mais avec la maladie maudite, je dirais que c’est la cause de cette rareté. Sinon l’année passée à pareil moment, nous étions débordés. Je n’ai même pas pu finir tous les habits. J’étais même obligée de rejeter certains clients. Et quelques rares personnes qui amènent les habits ne font que crier de diminuer les prix. Mais comment faire ? Nous sommes tenus obligés de trouver un terrain d’entente » dira Fatoumata.

Visiblement, les conséquences du Covid-19 n’épargne aucune activité surtout à l’approche de cette fête de Ramadan qui marque la fin du jeûne musulman.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’Zérékoré

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Le contenu est protégé !!